EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Présidentielle en RDC: les observateurs peinent à obtenir leur accréditation

Article



A cinq jours des scrutins en République démocratique du Congo (RDC), alors qu'officiellement, le dépôt des candidatures est terminé depuis le 14 décembre, des milliers d'observateurs attendent toujours de recevoir leurs badges. Malgré le nombre élevé, les organisations de la société civile dénoncent un véritable parcours du combattant pour s'accréditer, notamment en raison d'une désorganisation et d'un manque de communication de la Commission électorale (Céni) mais aussi de nouvelles contraintes. Les accréditations elles-mêmes, les badges, ne sont pas distribués partout.



En République démocratique du Congo (RDC), la société civile avait dénoncé des retards dans la mise à disposition des formulaires d'accréditation en province et, dans les premières semaines, une certaine inflexibilité des différentes antennes de la Commission électorale (Céni) qui réclamaient des photos d'identité et des photocopies pour accréditer des observateurs, y compris dans les zones sans Internet ou cybercafés. Mais aussi et pour la première fois, que tous les observateurs s'accréditent uniquement dans les centres de vote où eux-mêmes ont été enrôlés, ce qui n'est pas prévu par la loi.



Finalement, la Commission électorale a assoupli les règles tardivement et refusé de prolonger le délai de dépôt des dossiers. Une demande formulée notamment par la plateforme AETA qui espérait pouvoir accréditer 10 000 observateurs et qui n'a pas pu déposer que 4000 demandes. C'est aussi le résultat d'un manque de moyens. Presque toutes les missions nationales en souffrent, ce qui a nui à l'observation de long terme.



Combien de centres de vote ?



Même la mission d'observation de l'Eglise catholique, la plus importante du pays, dit avoir eu des difficultés pour assurer le monitoring du déploiement du matériel électoral et des formations des agents de la Céni. Ces problèmes financiers sont également renforcés également par les revirements de la Céni sur la cartographie électorale. On parlait il y a quelques mois encore de 20 000 centres de vote, c'est sur cette base que certaines missions ont fait leurs budgets. « Et il y en aurait presque 23 000 aujourd'hui, selon la dernière liste transmise », déplore un chef de mission.



Autre difficulté : cette démultiplication des structures, plus 75 000 bureaux de vote, ne permet à aucune mission nationale de couvrir à elle seule l'ensemble des sites. Ces missions de la société civile cherchent à se coordonner pour assurer une couverture la plus efficiente possible.



Officiellement, 270 000 observateurs, nationaux et internationaux, ont été accrédités, selon la Céni. Les deux principales missions d'observation de la société civile, celle de l'Eglise catholique et la Synergie des missions citoyennes d'observation électorale (Symocel), ont demandé des accréditations pour respectivement 40 000 et 20 000 observateurs. Les deux disent encore aujourd'hui attendre de recevoir les badges. Pour la Symocel, c'est le cas pour tout de même 20% des dossiers déposés.



RFI

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Présidentielle en RDC: les observateurs peinent à obtenir leur accréditation

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD