EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC: Beni continue de pleurer ses morts ; qui essuiera les larmes de ces cœurs brisés ? Au moins cinq civils tués à Beni dans une attaque

Article

Plus assez de larmes pour pleurer les morts, les femmes violées, les enfants abandonnés, une catastrophe humanitaire qui décime les vies humaines.



L’espoir d’une vie meilleure dans la région de Beni est un acte inimaginable pour l’instant, un petit territoire que le pouvoir public congolais est incapable d’assurer la sécurité face aux groupes armés incontrôlés.



Des femmes et hommes tués, des enfants orphelins dont le nombre se multiplie comme des microbes, une tragédie sans précédent, un génocide silencieux, dans l’indifférence totale de la communauté internationale. En quoi l’exploitation du coltan ou autres minerais doit-elle être accompagnée des tueries des populations civiles ?



La ville de Beni dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a été la cible d’un nouveau raid d’homme armés qui ont visé un quartier d’habitation tuant au moins cinq civils et attaqué un poste militaire dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué une source militaire. « Les assaillants ont attaqué Rwangoma (quartier sud de Beni) cette nuit, nous déplorons la mort des cinq civils dont les corps sont à la morgue de Beni », a déclaré l’un des porte-parole de l’armée dans la région, le major Mak Hazukay, à l’AFP.



Les assaillants, qui n’ont pu être identifiés, ont également attaqué une position de l’armée de Rwangoma. Plus d’une centaine de groupes armés locaux et étrangers sont actifs dans cette partie de la RDC.



« Nous les avons repoussés, nous continuons la fouille. Les opérations contre ce groupe, que nous n’avons pas encore bien identifié, se poursuivent », a ajouté le porte-parole.



L’attaque a commencé vers 19h40 (même HB), a raconté un habitant de ce quartier, Théophile Kasereka. « Il y a tension, la population est en colère », a-t-il ajouté.



Selon un représentant de la société civile de Beni, Kizito Bin Hangi, les assaillants « ont tué par machette et par arme à feu ». « La tension est vive dans ce quartier jusque maintenant. Les habitants de Rwangoma, surtout les jeunes, ont manifesté contre cette nouvelle tuerie », a-t-il confirmé.



Dans ses promesses de campagne, le nouveau chef de l’Etat Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de la présidentielle du 30 décembre, avait promis de rétablir la sécurité dans la partie orientale de la RDC.



Des rebelles hutu rwandais de Forces démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) et les rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF) sont parmi les groupes les plus actifs de la région.



La région de Beni est, depuis fin 2014, le théâtre de massacres attribués aux ADF qui ont fait plusieurs centaines de morts parmi la population locale.



EADEV-Libre Afrique

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC: Beni continue de pleurer ses morts ; qui essuiera les larmes de ces cœurs brisés ? Au moins cinq civils tués à Beni dans une attaque

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD