EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Le Président Félix Tshisekedi attendu très prochainement à l’Université de Kinshasa pour un débat national sur la réduction des importations alimentaires

Article



Les potentialités agricoles de la RDC ne peuvent pas justifier les importations alimentaires, qui selon la Banque centrale du Congo, représentent en moyenne une valeur annuelle de près de 1,5 milliard de dollars américains, c'est-à-dire le ¼ du budget actuel (2018) du pays. Il est donc vrai, sans exagération, qu’à cette allure, la construction du bien-être commun peut être renvoyée à plus tard.




Il est largement reconnu que ces importations alimentaires constituent un frein au développement socio-économique du pays. Les grands centres urbains, en particulier Kinshasa et Lubumbashi, ne sont plus approvisionnés de façon générale par la production intérieure, mais par des importations, même pour des produits pour lesquels le pays a des avantages comparatifs certains, tels que le riz, le maïs, l’huile de palme ainsi que la viande.




Mais en dépit du volume de ces importations, plus de 70 % de la population congolaise vit encore dans l’insécurité alimentaire. Actuellement, la RDC figure parmi les pays où la sécurité alimentaire n’est pas encore garantie. Aussi, continue-t-elle à ce jour de présenter le taux de malnutrition le plus élevé au monde.




Voilà pourquoi, une politique adéquate de développement agricole dans le pays s’avère indispensable. C’est-à-dire, commencer par promouvoir véritablement le secteur agricole en RDC, ensuite, intensifier l’agro-industrie à travers le pays. Ceci, afin de garantir une production agricole suffisante pour la sécurité alimentaire des Congolais.




Comment peut-on au cours d’une année, apporter des solutions claires et visibles sur le plan agricole ? Il ne nous semble pas y avoir d’obstacles insurmontables pour le développement agricole du Congo, mais il est urgent de mettre sur pied un Programme agricole d’urgence basé sur la réduction des importations alimentaires d’origine animale (viande) en vue d’assurer la sécurité alimentaire et de lutter contre la pauvreté ainsi que le chômage.




Selon les organisateurs de ces journées, le Chef de l’Etat sera invité pour annoncer les axes de sa politique dans ce secteur vital de la vie nationale.




La Rédaction, le 19 février 2019

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Le Président Félix Tshisekedi attendu très prochainement à l’Université de Kinshasa pour un débat national sur la réduction des importations alimentaires

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD