EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Ebola en RDC : un an après le début de l’épidémie, l’ONU reste mobilisée et appelle à la solidarité

Article




Un an après le début de l’épidémie d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), le virus reste « implacable et dévastateur », ont alerté mercredi plusieurs hauts responsables onusiens.



Le 1er août 2018, le gouvernement de la RDC déclarait l’apparition du virus Ebola dans la province du Nord-Kivu, située dans l’est de ce pays d’Afrique centrale.



Au cours de l'année écoulée, plus de 2.600 cas ont été confirmés en RDC, dont plus de 1.800 décès dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu. Près d’un « cas » sur trois est un enfant. Plus de 770 personnes ont survécu au virus.



Il y a deux semaines, l’épidémie d’Ebola en RDC a été requalifiée en urgence de santé publique de portée internationale par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mardi, un deuxième cas d’Ebola a été confirmé à Goma, une ville de deux millions d’habitants à la frontière avec le Rwanda.



« Aujourd'hui, cela fait un an que le premier cas de la dernière épidémie d'Ebola a été signalé en République démocratique du Congo », a déclaré jeudi le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, sur Twitter.



Le chef de l’ONU a salué les travailleurs humanitaires, les soldats de la paix, les responsables de la santé et du gouvernement, ainsi que les communautés qui travaillent – « souvent dans des conditions difficiles » - dans la lutte contre Ebola. « Nous allons mettre fin à cette épidémie », a dit M. Guterres.



« La maladie est implacable et dévastatrice », ont prévenu les chefs de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), Mark Lowcock ; du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Henrietta Fore ; et du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, dans une déclaration conjointe à la veille du premier anniversaire de l’épidémie en RDC.



« Ebola se transmet de la mère à l’enfant, du mari à l’épouse, du patient au soignant, du cadavre d'une victime à un parent en deuil », ont-ils alerté, soulignant que la maladie bouleverse les aspects les plus banals de la vie quotidienne. Elle nuit aux entreprises locales, empêche les enfants d'aller à l'école et entrave des services de santé vitaux.



« Il s’agit avant tout d’une crise sanitaire, mais elle a également une incidence majeure sur la façon dont les gens s’occupent de leur famille, voient leurs voisins et interagissent avec leur communauté », ont expliqué les chefs de l’OMS, d’OCHA, de l’UNICEF et du PAM.



Les défis pour stopper la propagation d’Ebola sont considérables, mais pas insurmontables, rappellent les hauts responsables onusiens. « Aucun de ces défis ne doit être une excuse pour ne pas faire le travail », ont-ils prévenu.



Dans l’est de la RDC, les Nations Unies et leurs partenaires continuent d’intensifier leur réponse, en appui au gouvernement congolais, et de renforcer leur action commune. L'ONU s'emploie à créer un environnement propice à une riposte sanitaire publique soutenue par l’OMS. Cette riposte multidimensionnelle comprend notamment la mise en place d’une sécurité, d’une logistique, d’un engagement politique et communautaire et de mesures appropriés pour répondre aux préoccupations des communautés touchées.



Les hauts responsables onusiens ont salué la récente décision du gouvernement congolais de mieux coordonner ses efforts face à Ebola.



Une riposte sanitaire toujours compliquée par l’insécurité



L’épidémie d’Ebola sévit dans une zone de conflit active de l’est de la RDC. Cette insécurité complique considérablement l’efficacité de la riposte sanitaire.



Le personnel et les installations de santé sur place font notamment l’objet d’attaques armées qui provoquent également des déplacements de population. « Dans certaines des zones touchées, la violence nous empêche d’atteindre les communautés et de travailler avec elles pour empêcher davantage de propagation », ont dit les chefs d’agences onusiennes.



Les chefs de l’OMS, d’OCHA, de l’UNICEF et du PAM ont appelé toutes les parties impliquées dans les violences dans l’est de la RDC à faire en sorte que les intervenants puissent effectuer leur travail en toute sécurité et que les personnes en quête de soins puissent y avoir accès sans craindre des attaques.



La communauté internationale doit fournir un appui plus important



L’ONU souligne que la riposte à Ebola en RDC exige un soutien plus important et urgent de la part de la communauté internationale.



« Le gouvernement (congolais) a besoin de plus de soutien que jamais auparavant. La réponse de santé publique à une épidémie d’Ebola nécessite un niveau d’investissement exceptionnel ; 100% des cas doivent être traités et 100% des contacts doivent être recherchés et gérés », ont dit les responsables onusiens.



Les agences onusiennes ont besoin de moyens aériens pour acheminer les intervenants et l'équipement critique vers certaines des régions les plus reculées et de stockage sécurisé des produits de santé vitaux, tels que les vaccins. Elles continueront d'accélérer leur réponse et demandont aux anciens et nouveaux partenaires de faire de même.



« En ce moment critique, nous réaffirmons notre engagement collectif envers la population de la RDC ; nous pleurons ceux que nous avons perdus ; et nous appelons à la solidarité pour mettre fin à cette épidémie », ont dit le Dr Tedros, M. Lowcock, Mme Fore, et M. Beasley.



ONU INFO

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Ebola en RDC : un an après le début de l’épidémie, l’ONU reste mobilisée et appelle à la solidarité

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD