EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC-Kwilu : Les scientifiques déplorent la disparition des agrumes (oranger, mandarinier, citronnier, etc.) dans la ville de Kikwit

Article

Les agrumes cultivés dans les parcelles de la ville de Kikwit sont attaqués par les cochenilles dont les principales espèces sont : Praelongorthezia praelonga, Icerya purchasi et Planococcus citri. La période de forte infestation se situe entre les mois de mai et de juillet avec une moyenne de 373 individus par arbuste. Entre les mois d’août et de décembre, le nombre moyen de cochenilles par arbuste diminue (96 individus par arbuste). Les variations de la pluviométrie et de l’humidité relative influencent de manière indirecte les effectifs des populations des cochenilles. L’incidence des attaques des cochenilles varie selon les espèces d’agrumes. Elle était de plus 40 % chez le bigaradier et l’oranger et de moins de 30 % chez le citronnier, le pamplemoussier et le mandarinier. Ce sont les feuilles et les troncs qui sont très attaqués contrairement aux autres organes de la plante. Le taux de mortalité était de moins de 15 % chez le citronnier et le pamplemoussier et de plus de 20 % chez les autres espèces.

Dans la ville de Kikwit, les cochenilles attaquent aussi le manguier, l’avocatier, le papayer, Croton mubangu, le manioc, le bougainvillier, le caféier, etc. Des fortes attaques avec dépérissement des plantes sont observées chez Crotton mubangu, le caféier et le bougainvillier. Les recettes moyennes réalisées par les ménages après la vente des fruits sont très variables d’une espèce à une autre. Avec une moyenne de trois agrumes par parcelle, les recettes par ménage peuvent se chiffrer à plus de 90 000 Francs congolais par cycle de production.

Le projet de développement de l’agrumiculture dans la zone d’étude doit prendre en compte des enjeux socioéconomiques et phytosanitaires liés à la production des agrumes à Kikwit. Des études sur l’utilisation des auxiliaires potentiels, des biopesticides et des techniques culturales capables de contrôler les populations des cochenilles sont indispensables.

L’identification de toutes les espèces de cochenilles qui attaquent chaque espèce de citrus dans la ville de Kikwit constitue une étape importante à la mise en place des méthodes efficaces de gestion intégrée de ces insectes ravageurs.

http://www.rafea-congo.com/admin/pdfFile/RAFEA-Article-Minengu-accepte-2018.pdf

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC-Kwilu : Les scientifiques déplorent la disparition des agrumes (oranger, mandarinier, citronnier, etc.) dans la ville de Kikwit

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD