EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Affaire IGF : Kamerhe contraint au silence pour des raisons d'État !

Article

Au fond, il est toujours délicat de survivre à un mariage à trois. Mais, ce n’est pas une raison de céder à certains communicateurs qui ne sont en réalité que jouisseurs par procuration…Vital Kamerhe, VK pour les intimes, a la réputation d'être réactif. Tribun hors pair, il a le verbe facile, la repartie aisée. Et voilà que pour une fois (la première de toutes les façons), il refuse d'engager un débat duquel, il le sait, il sortira sans doute vainqueur en y laissant probablement quelques plumes, mais au prix le plus fort : celui de fragiliser l'ordre institutionnel laborieusement en reconstruction. Aussi, a-t-il conscience de la contrainte que lui imposent les raisons d'État : ne pas descendre dans une arène montée visiblement pour le discréditer…

On n’a pas à être kamerhiste ou pas. D’ailleurs, en observant calmement le contexte actuel, on réalise qu’ils sont peu nombreux, les Kamerhistes, à prendre ouvertement fait et cause pour leur leader. L’impression à se dégager que certains parmi eux sont prêts à le sacrifier pour préserver des postes acquis ; la politique étant dynamique, laisse-t-on entendre.

On n’a pas non plus à être Saint Just, Dr Justice ou encore Zorro pour voler au secours de la partie affaiblie. Dans cette affaire IGF, hélas !, VK l’est.

Comment ? Si aucun esprit lucide ne le voit se mettre à dos les pétroliers - cette "race" aussi puissante que redoutable capable de faire ou de défaire tout un régime (comme relevé dans une chronique précédente) - aucun esprit lucide non plus ne voit un homme aussi raisonnable que lui ruiner sa carrière pour des montants cités dans l'affaire IGF. Un Directeur de cabinet du Président de la République, ça ne se compromet pas avec des petits millions de dollars ou d’euros comme le ferait le bourgmestre d’une commune rurale.

La note biographie de Vital Kamerhe rapporte, en effet, que de 1990 à 2019 l’homme a été : - conseiller aux ministères des Mines et des Ptt,- directeur du cabinet au ministère de l'Environnement, Tourisme et Conservation de la nature ainsi qu’au ministère de l'Enseignement supérieur et universitaire, - coordonnateur au cabinet du Premier ministre, - directeur administratif et financier au Service national, - directeur de cabinet adjoint au ministère de la Reconstruction, - commissaire général adjoint au Commissariat général du Gouvernement chargé des affaires de la Monuc pour les questions politiques, logistiques et financières, - commissaire général du Gouvernement chargé du processus de paix dans la région des Grands Lacs, - ministre de la Presse et Information, - président de l'Assemblée nationale et, - maintenant, il est le directeur du cabinet du Président de la République.

Ne sont pas reprises ici ses fonctions dans des partis et des regroupements politiques dont les plus importants sont le Pprd et l'Unc au cours de ces quinze dernières années. Quand on a un tel cursus, on ne peut que maîtriser les circuits par lesquels entrent les recettes et sortent les dépenses budgétaires. Et, surtout, connaître les risques à prendre et à ne pas prendre.

Personne de lucide - sentiments mis à part - ne peut alors croire dans la compromission dans l’Affaire IGF d’un acteur moralement requinqué par l'aventure Cach pour laquelle il a joué son va-tout et qui lui ouvre un boulevard pour l’avenir, même sans nécessairement devenir un jour Président de la République. Dans une chronique récente, la perspective de la conservation du Pouvoir par la coalition Cach-Fcc jusqu’en 2039 est clairement démontrée, pour peu que les protagonistes jouent évidemment franc jeu.

C'est dur, oui très dur, de se savoir gardien du temple ! C'est probablement là qu'il faut chercher l'origine de ses malheurs.

Soupçonné à tort ou à raison d'avoir fait échouer Lamuka avec tous les gros enjeux tractés par Genève en novembre 2018, Vital Kamerhe a des adversaires de tous côtés : son propre parti (Unc), son proprement regroupement (Cach), sa propre coalition (Cach-Fcc) et à l’extérieur.

C'est déjà amplement significatif que tout ce que Lamuka a de "lance-roquettes", en l'occurrence les Thinks Tanks (comme GEC), les ONG, les mouvements dits pro-démocratie et les médias pro-Genève, se soient investies dans la campagne de diabolisation contre lui en se servant de l'affaire IGF.

Ils savent, eux, QUIils veulent en réalité atteindre, et certainement punir : Félix Tshisekedile Président de la République et Joseph Kabilale sénateur.

Dans cette perspective, VK est juste un prétexte. L’Affaire IGF est juste un prétexte.

Et ce prétexte tient un argument de poids : le silence que lui imposent les raisons d'État. Car tenu à ce devoir, VK est interdit de rendre coup pour coup. Ses adversaires en profitent naturellement. Petite mais édifiante insolite : c'est à lui seul qu'on fait porter la responsabilité du fameux « détournement ».

En réalité, c'est dur de se savoir le « gardien du temple » ! Dur, trop dur de se savoir en plus le troisième conjoint dans un mariage traditionnellement réservé à deux, et que ses adversaires veulent ramener à cette logique pour n’avoir demain pour interlocuteurs ou pour cibles que le tandem Fatshi et JKK.

Forte est à ce moment l’envie de lui dire : « VK, démissionnez, svp ! ». Mais le subconscient dicte le contraire avec l’exhortation « VK, résistez, svp ! ». Simplement pour éviter de créer un précédent qui fragiliserait l’ordre institutionnel en reconstruction. On commencerait avec Kamerhe, et on ne sait pas à qui le tour prochain.

Une telle évidence ne peut nullement être perçue et pénétrée par certains « communicateurs » qui ne sont en réalité que des lamentables jouisseurs par procuration.

Ça pullule dans l’espace !

Omer Nsongo die Lema

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Affaire IGF : Kamerhe contraint au silence pour des raisons d'État !

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD