EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

KINSHASA : l'usage des plantes médicinales pour soigner de nombreuses maladies

Article

Actuellement dans plusieurs coins de Kinshasa se trouve étaler par terre ou sur des tables les plantes médicinales de tout genre faisant objet des cures palliatives en cas de maladies ou de malaise.
Une expression propre au domaine de pharmacologie, la plante médicinale est un type de plante utilisée pour ses propriétés particulières et bénéfiques pour la santé humaine voire animale.
De ce fait, la pharmacologie a pour objet de faire connaitre les médicaments et d’en étudier l’emploi. Le savoir-faire réservé à cette science devient de nos jours l’apanage de tout individu capable de se procurer quelques plantes telles les écorces d’arbres, les oignons sauvages, etc. et les revendre par la suite.
Les hommes et femmes qui s’adonnent à la commercialisation de ces plantes sont éparpillés dans plusieurs marchés de la ville de Kinshasa notamment le marché de Matete, Liberté, Rond-point Ngaba, etc. Ceux-ci s’approvisionnent en stock grâce aux commerçants provenant du plateau de Bateke, de la province du Kongo central et de l’Equateur qui vendent en grande quantité diverses espèces d’écorces d’arbres à l’état naturel qui sera enfin vendues comme telles ou transformées en poussière.
Une fois que ces plantes se trouvent entre les mains des détaillants, les experts en la matière viennent en longueur de journée acheter différents articles utiles pour la fabrication du jus thérapeutique à base des plantes que les Kinois appellent communément « tangawisi ». « Le jus tangawisi m’aide à me tenir en forme et m’exempte des maladies hémorroïdaires lorsque je passe des journées entières assis devant le volant » nous a déclaré un taximan du tronçon Victoire-Upn.
Au regard de la disponibilité de stock, une vendeuse du marché de la Liberté indique que cela fait plus de 17 ans qu’elle exerce ce métier, par expérience la saison de pluie est beaucoup plus florissante en terme d’espèces de plantes médicinales et autres variétés avec leurs noms traditionnels telles que le « mpeve, kupidi, mundongo, samu samu, kuya kuya, nsaku nsaku, mupese pese, kikwadi,… ». Toutes ces plantes sont souvent amères pour les unes, mais ont une valeur thérapeutique pour le traitement des maladies telles que la gale, les infections urinaires, la fracture, la malaria, le diabète du type 1, etc.
Le commerce est payant, les clients sont nombreux mais il y a un grand manque des plantes à revendre pour plusieurs usages nobles. La connaissances de nos articles ne se limite pas seulement au niveau des commerçants qui les transforment mais se repend aussi au niveau de toutes les couches sociales, riches et pauvre.
Une autre vendeuse trouvée au marché nous signale également qu’un grand nombre des jeunes en occurrence les garçons qui achètent tous les jours certaines plantes pour augmenter leur performance sexuelle.
Retenons que ces plantes peuvent certainement renfermer toutes ces vertus curatives selon les déclarations des vendeurs, mais il est toujours souhaitable de laisser ce savoir-faire au domaine de pharmacologie qui est habile à déclarer l’efficacité d’une plante et son mode d’emploi. L’automédication conduit très souvent à l’overdose et peut même amener quelqu’un à mourir.


Matondo Mersei, pour EADEV

Vous pouvez télécharger ce document ici :

KINSHASA : l'usage des plantes médicinales pour soigner de nombreuses maladies

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD