EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC :Le taux de rendement du cobalt à la Gécamines tend vers zéro, soit à 3%

Article

Les dirigeants de la Générale des Carrières et des mines (Gécamines), à la tête depuis fin 2010, sont accusés de gaspiller les immenses ressources minières faisant partie du patrimoine de cette société du portefeuille de l'Etat.

Le rapport "Gécamines Yuma:Un nain minier et une sangsue nationale" de Raphaël Ngoy Mushila qui se trouve sur le Bureau du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, révèle un gaspillage scandaleux des ressources minières. La récupération du cuivre qui était de 60% en 2010 est tombée à 33% en 2017, tandis qu’en cobalt, la récupération qui était de 22% (déjà faible) en 2010 a fondu comme beurre au soleil plongeant à une catastrophe inacceptable, soit 3% seulement en 2017. Autrement dit sur 100 tonnes de minerais extraits traités, la technologie de la Gécamines ne permet de récupérer que 3 tonnes en ce qui concerne le cobalt le reste étant jeté.

"Ces ressources du pays sont précieuses et ne sont pas renouvelables ! Les jeter si massivement au moment où le cobalt est déclaré par nous-mêmes" métal stratégique"; est non seulement un crime d’une gravité inouïe mais aussi une contradiction qui trahit une démence d’un niveau rarement atteint sur la surface de cette planète. Persister dans un tel schéma qui ruine clairement un pays est tout simplement diabolique. Ceci relève purement et simplement d’une insanité de haut niveau! Tout le monde pleure et proteste contre un budget jugé insuffisant de 7 milliards ! Ce n’est pas avec l’exploitation de nos mines suivant la pathétique méthode Yuma que nous allons l’améliorer. Il faut arrêter cette exploitation fondamentalement démentielle et stupide", indique le rapport.

Entre 2010 et 2018 les installations de Gécamines ont engagé en traitement respectivement 373.600 T Cuivre et 35.600 T Cobalt. Elles n’ont réussi à produire que 175.577 Tonnes Cuivre et seulement 3.910 Tonnes cobalt de sorte que les métaux envoyés par elle dans les rejets globaux (sans distinction de phase liquide ou solide) s’élevaient à 198.023 T Cuivre et 31.690 T Cobalt.

"Le rendement global (il s’agit du rendement moyen pondéré reconstitué) de récupération des métaux se situe à seulement 47% pour le cuivre ET seulement 11 % pour le cobalt (celui de l’année 2017 tombe à 3% seulement", indique ce rapport.Dans le PSD, le trio de combinards avait tablé sur une récupération de 32% pour le cobalt : la réalité est dix fois moindre.

Il suggère l'optimisation dans l'exploitation de ce minerais. "Tant que l’optimisation de l’exploitation de nos ressources (laquelle est bel et bien à notre portée car ses exigences sont bien connues et bien maitrisées), ne fera pas l’objet d’une quête sérieuse et intelligente, nos dirigeants seront perpétuellement forcés d’aller larmoyer sans dignité chez les bailleurs de fonds en quémandant l’aumône afin de soigner la population, éduquer nos propres enfants. Quelle honte quand on a, à portée de la main autant de ressources mais si mal gérées! Quelle humiliation pour l'élite Congolaise pourtant capable ! Avec de si gros enjeux, quel dirigeant digne de ce nom peut se permettre de gérer les mines à la villageoise et par sentiment ?"

La première décision" intelligente et responsable" à prendre dans le secteur minier est donc de "stopper cette ignoble gabegie, stopper ce cirque d’exploitation inutile, stopper ce minable folklore hyper-nuisible et à l’évidence sans retombées quelconques au bénéfice du Congo" .

Et d'ajouter : "Le très célèbre Keynes disait : la première chose à faire quand on est dans un trou, c’est d’arrêter de creuser ! La Gécamines est maintenant dans l’abime ! Il faut stopper la Gécamines synonyme de gaspillage de ressources non renouvelables du pays. Il faut arrêter définitivement la Gécamines-Gabegie car chose unique au monde, la ‘Gécamines yuma’ est devenue comme on l’a surabondamment montré, la plus grande société mondiale de "production des pertes". Dans un Congo où la population vit dans de conditions infrahumaines, peut-on un jour de plus se le permettre, peut-on avec ceci valablement, réclamer d’être respecté comme tous les humains ? ".

" En conséquence et sans perte de temps inutile, Il faudrait constater que l’unique alternative crédible et viable capable de matérialiser la conversion maximale des réserves en recettes fiscales au bénéfice du Congo ; est de greffer ce chapelet de petits gisements, autres remblais et sites minuscules disparates… aux opérations viables les plus proches géographiquement et ce ; suivant des conditions meilleures à définir".

Sous d'autres cieux, la plupart des projets Cobalt en pipeline notamment au canada et en Australie vise plus de 70% de récupération cobalt en raison de ressources limitées et par conséquent jalousement exploitées d’une part et d’autre part des exigences environnementales non négociables! Ailleurs on ne badine pas avec le cobalt et aucun gaspillage n’en est toléré ! Est-ce la malédiction de l’abondance ?

Desk eco

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC :Le taux de rendement du cobalt à la Gécamines tend vers zéro, soit à 3%

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD