EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : voici les indicateurs du cadre macroéconomique à fin mars 2020

Article

Le Comité de politique monétaire (CPM) a tenu, le vendredi 3 avril, sa troisième réunion ordinaire sous la direction de Déogratias Mutombo, gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC).

A cette réunion, les experts de la Banque centrale ont examiné les développements récents de la conjoncture économique aux plans extérieur et intérieur ainsi que les facteurs de risque pouvant peser sur la stabilité du cadre, avant de décider de l’orientation des instruments de la politique monétaire à court terme en RDC.

A l’issue de cette réunion, les principaux indicateurs du cadre macroéconomique se présentent de manière suivante :

Taux de croissance. Le Comité permanent du cadrage macroéconomique (CPCM) a revu à la baisse des prévisions de croissance pour 2020 en raison principalement de l'impact négatif de la pandémie du covid-19 sur les secteurs d'activité économique du pays. En effet, l'activité économique devrait progresser de 1,1% contre une prévision initiale de 4,1%.

Opinion des chefs d’entreprises. Ces résultats ont plombé la confiance des chefs d'entreprises quant à l'évolution de la conjoncture économique intérieure. Le solde global d'opinions est tombé à -7,6% en mars venant de 0,3% le mois précédent.

Finances publiques. A fin mars 2020, les opérations financières de l'État se sont soldées par un déficit de 93,0 milliards FC, consécutivement à un faible niveau des recettes des régies financières de l'ordre de 530,0 milliards FC contre des dépenses de 623,0 milliards FC. En cumul annuel, la situation financière de l'État est déficitaire de 312,7 milliards de CDF (Ndlr: 185,688 millions USD).

Marché des changes. Légères dépréciations du taux de change sur les deux segments. A l’interbancaire, le taux de change s’est établi à 1 706,91 CDF le dollar américain à fin mars, soit une dépréciation de 0,7% d’un mois à l’autre. Sur le marché parallèle, le franc congolais n’a perdu que 0,6% de sa valeur pour s’échanger à 1 761,82 CDF.

Réserves internationales. Elles sont évaluées à 693,16 millions USD, traduisant une légère baisse mensuelle de 3,0 millions USD. Ces réserves internationales ne représentent que deux semaines d’importation des biens et services sur ressources propres.

Situation monétaire. Il y a eu une hausse mensuelle de la base monétaire de 71,1 milliards CDF. Cet accroissement est principalement expliqué par l’expansion du crédit net à l’Etat. En ce qui concerne l’encours du Von BCC, il s’est établi à 28,5 milliards CDF traduisant des injections mensuelles de 2,5 milliards CDF. En cumul annuel, il se dégage une ponction de 8,5 milliards de CDF, comparé à la situation en début de l’année.

Taux directeur. Face à un environnement économique difficile, caractérisé par les répercussions économiques et financières de la pandémie de covid-19 et les perspectives de croissance moins favorables, l’Institut d’émission a décidé, en date du 24 mars 2020, d’assouplir sa politique monétaire en vue de garantir la liquidité au système bancaire et à l’économie, et procédé à une baisse de son taux directeur de 9,0% à 7,5% ainsi qu’à la réduction du coefficient de la réserve obligatoire sur les dépôts à vue en monnaie locale ; lequel est passé de 2,0% à 0,0%.

Notons par ailleurs que la BCC a mis en place un guichet spécial de refinancement d’une maturité longue de 24 mois, à des conditions financières assouplies. L’objectif étant d’augmenter les ressources des banques et leur permettre d’accroitre le financement de l’économie.
Desk eco

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC : voici les indicateurs du cadre macroéconomique à fin mars 2020

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD