EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

La Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Kinshasa organise les Journées scientifiques sur l’activité maraîchère à Kinshasa

Article

Thème : La problématique de l’utilisation des produits chimiques de synthèse en cultures maraîchères (légumes) à Kinshasa et ses environs : impacts sur l’environnement et la santé publique
Date : du 13 au 14 août 2020, à l’Université de Kinshasa
Contexte
Pour produire des légumes, les maraîchers des Villes de la RDC recourent à l'utilisation excessive des produits phytosanitaires de synthèse et engrais minéraux. Une étude menée par la Faculté des Sciences Agronomiques de l'Université de Kinshasa en partenariat avec l'ONGD-Asbl CABD, d'août en octobre 2016, sur l'Impact de l'utilisation des pesticides et des engrais chimiques dans l'activité maraîchère à Kinshasa a montré que 96 % de maraîchers recourent aux produits phytosanitaires de synthèse. L’Endosulfan (Thiodan) est le produit le plus utilisé (80 % de maraîchers) et le DDT. Pourtant, ces deux produits sont interdits depuis des années par la FAO et d'autres organisations internationales. Le même rapport indique que 92 % de maraîchers enquêtés utilisent l’Urée (46 % d’azote) et le NPK 17-17-17 pour assurer la production de légumes. La plupart de ces maraîchers n’ont pas reçu de formations sur l’utilisation de ces produits. Il se pose ainsi un sérieux problème de santé publique et de protection de l'environnement (pollution du sol, de l’air, des eaux et les émissions de gaz à effet de serre).
Les quantités d’engrais minéraux et de pesticides pour la production de légumes sont évaluées à 30 kg d’urée et 30 kg de N-P-K/an/maraîcher. Par contre, les besoins en produits phytosanitaires sont estimés à 1 litre/an/maraîcher.
Le manque d'encadrement et de suivi technique des producteurs urbains dans ce domaine et l'absence d'un cadre pour réglementer l’agriculture urbaine, sont parmi les facteurs qui sont à la base de l'utilisation irrationnelle des produits phytosanitaires et des engrais minéraux de synthèse. Il existe cependant des moyens écologiques et économiquement simples permettant aux maraîchers d'assurer la production de leurs cultures sans recourir aux produits chimiques. Les biopesticides constituent alors l'une des solutions alternatives aux pesticides chimiques conventionnels et les engrais organiques comme solution pour remplacer les engrais minéraux.
Objectifs
L’objectif général de ces journées scientifiques est de renforcer la communication et la sensibilisation sur l’utilisation des produits chimiques de synthèse dans la production maraîchère et rendre cette activité durable. Spécifiquement, les journées visent à sensibiliser les producteurs des légumes, le pouvoir public et les partenaires techniques et financiers de la RDC sur les impacts négatifs de l’utilisation irrationnelle des produits chimiques de synthèse dans la production maraîchère.
Résultats attendus
Les résultats attendus de ces journées scientifiques sont :
1. Cent (100) délégués des producteurs et consommateurs de légumes sont informés et sensibilisés sur les impacts négatifs de l’utilisation des produits chimiques de synthèse (produits phytosanitaires et engrais chimiques) dans la production maraîchère ;
2. Des recommandations sont formulées en l’endroit du pouvoir public et des partenaires techniques et financiers sur les alternatives à l’utilisation des produits chimiques de synthèse dans la production maraîchère ;
3. Des orientations stratégiques définies pour une meilleure communication en rapport avec l’utilisation des produits chimiques en maraîchage.

Livrable
-Un (1) rapport reprenant les communications faites et les orientations stratégiques pour une production durable de légumes dans les villes de la RDC en général et à Kinshasa en particulier rédigé, et transmis au pouvoir public et aux partenaires techniques et financiers.

Participants
Les participants (100 au total) à ces journées sur invitation sont : (i) les délégués des producteurs (31), (ii) les délégués des consommateurs (24), (iii) les représentantes du pouvoir public (5) , (iv) les délégués des organisations de production agricole (5), (v) les délégués du monde académique (15), (vi) les partenaires techniques et financiers (5), et (vii) les étudiants (10).


Fait à Kinshasa, le 08 avril 2020

Pr Jean de Dieu MINENGU

Vice-Doyen chargé de la recherche

Vous pouvez télécharger ce document ici :

La Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Kinshasa organise les Journées scientifiques sur l’activité maraîchère à Kinshasa

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD