EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Le « bain de forêt » comme thérapie

Article

La sylvothérapie, venue du Japon, est une médecine préventive qui prescrit balades dans les bois, câlins d’arbres et goûter d’écorce. Le but ? Eveiller ses sens et reprendre contact avec son moi profond.

Pas besoin d’avoir le pied marin pour faire un « bain de forêt ». La sylvothérapie, nommée shinrin-yoku au Japon, est reconnue depuis 1982 comme une médecine préventive dans ce pays, où il existe une soixantaine de sites où la pratiquer. En France, on lui préfère la balnéothérapie et la thalassothérapie.

Le docteur Qing Li, qui vient de publier Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt (First, 320 p., 17,95 €), fait état de ses recherches scientifiques, effectuées entre 2004 et 2012 : outre un système immunitaire renforcé pour les « baigneurs » qui font le plein de phytoncides, molécules rejetées par les arbres, il a constaté une réduction de la pression artérielle, une baisse du taux de glycémie, une amélioration de la concentration et de la mémoire, mais aussi de la santé cardio-vasculaire et métabolique. « Vous allez marcher lentement sans aucun but pendant deux heures. (…) Laissez-vous guider par votre corps. Ecoutez où il souhaite vous emmener, écrit le médecin immunologiste Qing Li. Peu importe si vous n’arrivez nulle part. Vous n’allez nulle part. »

Choisir un arbre, le saluer…

Conscients de ces sylvestres atouts psychophysiques sur l’homme, une poignée de naturopathes, sylvothérapeutes, ou thérapeutes des bois, dispensent en France l’art de se ressourcer au contact des arbres. « Je ne vais pas vous apprendre à vous promener. Tout le monde sait le faire. L’idée n’est plus d’entrer dans une forêt, mais de laisser la forêt entrer en vous », avance Jean-Marie Defossez, auteur de Sylvothérapie, le pouvoir bienfaisant des arbres (Jouvence, 144 p., 15,90 €). « Je ne suis pas sylvothérapeute, c’est la forêt qui est thérapeutique, insiste ce docteur en biologie animale, fondateur de l’Ecole buissonnière de sylvothérapie en 2013. Il n’y a aucun délire de l’esprit dans cette approche, ni ésotérique ni magique. La “sylvique attitude” est un apprentissage, une philosophie de vie… ».

Le Monde

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Le « bain de forêt » comme thérapie

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD