EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Mise en place des SG : de l'usurpation, des incohérences et du clientélisme dans l'acte de la ministre de la fonction publique (Dossier)

Article

La ministre de la fonction publique, Yolande Ebongo Besongo a pris, le 16 avril dernier, un arrêté portant mise en place et affectation des secrétaires généraux de l’administration publique. Cet acte contesté par certains syndicalistes a poussé la Présidence à réagir en date du 27 avril à travers le directeur du cabinet adjoint de la Présidence de la république, qui a agi au nom du Chef de l’Etat. Et ce, après une réunion entre le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, la ministre de la fonction publique et le Dircaba du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Désiré Casemir Kolongele Eberande.

Dans sa correspondance, invitant, sur instruction du Président de la République, la ministre de la fonction publique de rapporter son arrêté, Kolongele Eberande accuse la ministre de la fonction publique d’avoir violé certaines dispositions des lois dont la constitution, le statut des agents de carrière des services publics l’Etat et l’ordonnance portant règlement d’administration relatif à la carrière des agents des services publics l’Etat ainsi qu’un communiqué officiel de la Présidence interdisant le mouvement du personnel.

« L’arrêté a fait l’objet soit des concertations, soit des orientations du Premier ministre, dit la ministre ».

24 heures après le reproche de la Présidence, la ministre de la fonction publique sort son artillerie et rétorque en balayant d’un revers de la main toutes les accusations portées contre elle. Dans sa lettre sous forme de mise au point adressée au Premier ministre avec copie pour information au Président de la république, au Dircaba Kolongele Eberande et au secrétaire général au gouvernement, Yolande Ebondo, se défend et estime agir en toute légalité après « des concertations ou des orientations du Premier ministre ».

Pour ce qui est de la violation de l’article 81 alinéa 1er point 4 de la constitution, Yolande Ebengo dit n’avoir agi que conformément aux dispositions de l’article 93 de la constitution et à l’ordonnance fixant les attributions des ministères en affectant les agents nommés par les ordonnances présidentielles du 27 décembre 2018 qui restaient sans affectation. En ce qui concerne le statut des agents de carrière des services publics de l’Etat, la ministre de la fonction publique précise que l’article 19 évoqué n’a pas été violé puisque cette disposition lui confère le pouvoir d’affecter, chose faite, selon elle.

Yolande Ebongo note une mauvaise interprétation de l’ordonnance portant règlement d’administration relatif à la carrière des agents des services publics l’Etat de la part du directeur de cabinet adjoint du Chef de l’Etat. Pour elle, l’article 4 dont il est question aborde la question de l’admission sous statut et de la gestion de la carrière des agents publics de l’Etat, ce qui relève de la compétence du ministère de la fonction publique. Quant au communiqué officiel de la Présidence du 25 janvier suspendant le mouvement du personnel, la ministre déclare que celui-ci a cessé de prendre effet dès l’installation du nouveau gouvernement tout en rappelant que certains de ses collègues ont posé des actes allant dans le même sens. Au moment de l’expédition de son courrier, la ministre a notifié ses 58 nouveaux secrétaires généraux de l’administration publique en dépit de la correspondance de la Présidence.

L'usurpation du pouvoir et les incohérences de Yolande Ebondo.

L'article 19 du statut des agents de carrière des services publics de l'État alinéa 1er dit ceci : les agents sont affectés aux différents emplois correspondants à leurs grades, selon le cas, par le Président de la république, le Premier Ministre, le Ministre, le Gouverneur de province ou tout autre responsable des services publics de l'État énumérés à l'article 2 de la présente loi.

À la lumière de cet article, le droit d'affecter les agents de la catégorie A, les hauts fonctionnaires qui sont le secrétaire général, directeur général et directeur comme repris à l'article 17 de la même loi revient au Président de la république tout comme le droit de nommer les agents de catégorie A comme lui conférer à l'article 81 alinéa 1 point 4. La ministre n'a que le pouvoir d'exécuter, c'est-à-dire, notifier et établir une commission d'affectation soit collective soit individuelle et non prendre un arrêté.

Desk eco

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Mise en place des SG : de l'usurpation, des incohérences et du clientélisme dans l'acte de la ministre de la fonction publique (Dossier)

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD