EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Covid-19 : l’OMS réitère son appel à un déconfinement lent et progressif

Article

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi qu’« une levée lente et progressive des mesures de confinement » est la clé pour faire face au nouveau coronavirus.

Alors que de plus en plus de pays tendent vers le « déconfinement », l’OMS appelle à la prudence concernant l’assouplissement des mesures de restrictions prises pour lutter contre le Covid-19.

« Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, le train de mesures complet est notre outil le plus efficace pour lutter contre le virus », a déclaré le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’OMS, lors d’une conférence de presse virtuelle lundi à Genève. Selon le patron de l’agence onusienne, les premières études sérologiques montrent qu’un pourcentage relativement faible de la population a des anticorps contre le Covid-19. Ce qui signifie que la majeure partie de la population est « encore sensible au virus ». Une façon de rappeler la complexité et la difficulté du déconfinement.

Au cours du week-end, des signes de ces défis ont été notés çà et là et qui pourraient se présenter aux pays après le déconfinement. L’OMS cite l’exemple de la Corée du SUd où des bars et des clubs ont été fermés après la détection d’un cas confirmé de Covid-19 qui a permis de retrouver de nombreux contacts. A Wuhan, en Chine, la première grappe de cas depuis la levée du confinement a été identifiée. L’Allemagne a également signalé une augmentation du nombre de cas depuis l’assouplissement des restrictions. « Heureusement, les trois pays ont mis en place des systèmes pour détecter et répondre à une recrudescence des cas », a fait valoir le Dr. Tedros.

Avoir des mesures de contrôle en placedès qu’une recrudescence des cas est notée
Le chef de l’OMS a ainsi rappelé les trois questions clés que les pays devraient poser avant toute levée des mesures de confinement. Tout d’abord, savoir si l’épidémie est sous contrôle. La capacité du système de santé à faire face à une résurgence des cas qui pourraient survenir après l’assouplissement de certaines mesures est également en jeu. Les Etats sont aussi invités à se poser des questions sur la prédisposition de leur système de surveillance pour détecter ainsi que gérer les cas, et d’identifier une résurgence des cas. « Ces trois questions peuvent aider à déterminer si un verrouillage peut être levée lentement ou non », a insisté le Dr. Tedros.

Cette mise au point de l’agence onusienne intervient alors que depuis la semaine dernière, plusieurs pays ont commencé à lever progressivement les mesures de verrouillage. En adoptant ces « mesures strictes », des pays en ont profité pour augmenter leur capacité à tester, tracer, isoler et soigner les patients. « Ce qui est le meilleur moyen de suivre le virus, de ralentir la propagation et de soulager les systèmes de santé », a admis le Dr Tedros.

« La bonne nouvelle est que l’on a réussi à ralentir le virus et à sauver des vies », a-t-il ajouté. Mais il reconnait que ces mesures énergiques ont eu un coût, notamment « un effet néfaste sur la vie de nombreuses personnes » des « graves conséquences socio-économiques du verrouillage ».

Par conséquent, l’OMS reconnait que pour protéger les vies et les moyens de subsistance, une levée lente et régulière du verrouillage est essentielle pour stimuler les économies. Toutefois, il faut « garder un œil vigilant sur le virus afin que des mesures de contrôle puissent être rapidement mises en œuvre si une recrudescence des cas est identifiée ».

Plus de 278.000 morts dont près de 77.000 aux Etats-Unis
Face à de tels défis, l’OMS entend poursuivre son étroite collaboration avec les gouvernements pour s’assurer que les principales mesures de santé publique restent en place afin de relever le défi de la levée des mesures de confinement.

S’agissant du retour des enfants à l’école, l’agence onusienne invite les décideurs à réfléchir à plusieurs facteurs clés avant de décider de rouvrir ou non les établissements scolaires.

L’OMS prône une compréhension claire de la transmission actuelle du Covid-19 et de la gravité du virus chez les enfants. Selon elle, l’épidémiologie du nouveau coronavirus doit être prise en compte dans la localisation géographique de l’école. Il s’agit aussi pour les pays d’avoir la capacité à maintenir les mesures de prévention et de contrôle du Covid-19 dans le cadre scolaire. Dans tous les cas, « lors de la réflexion sur la décision de rouvrir les écoles, le gouvernement local doit évaluer la capacité des écoles à maintenir les mesures de prévention et de contrôle de l’infection », a averti le Dr Tedros.

La pandémie a fait au moins 278.892 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi lundi par l’OMS. Plus de 4 millions de cas ont été diagnostiqués dans 195 pays et territoires.

Avec 1.271.645 cas de contamination, les Etats-Unis sont aussi le pays le plus endeuillé, avec 76.916 décès. Suivent le Royaume-Uni (31.855 décès), l’Italie (30.560 décès), l’Espagne (26.621 décès) et la France (26.338 décès).

ONU INFO

Vous pouvez télécharger ce document ici :

Covid-19 : l’OMS réitère son appel à un déconfinement lent et progressif

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD