EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Femmes et hommes politiques africains : quel avenir pour le continent ?

Article

L’image de l’Afrique au monde est celle d’une terre gouvernée par des inconscients, des troubadours, des gens sans scrupules et n’ayant aucun souci du bien commun. L’amour effréné du pouvoir pour le pouvoir, le goût démesuré de l’argent, la servitude vis-à-vis des forces occultes qui maintiennent le continent dans la pauvreté, la cupidité, etc. sont des tares qui hypothèquent l’avenir de l’Afrique.

En RDC, il suffit d’analyser le comportement de l’élite politique (pouvoir et opposition) pour se rendre compte du danger qui guette le pays. L’opposition est faite pour près de 99% des politiciens congolais pour faire partie du gouvernement. Les gens hier qui étaient très critiques envers le gouvernement, sans que rien ne change dans la gouvernance, sont devenus aujourd’hui les grands défenseurs de tout ce qu’ils condamnaient ; un comportement cynique, inadmissible et intolérable chez un homme politique. Aussi, lorsque celui qui était au pouvoir perd son poste, toute honte bue et sans vergogne, il se transforme en un opposant dans le souci de revenir au pouvoir car, les critiques et les bruits à la télévision/radio sont des stratégies à appliquer pour accéder au pouvoir dans ce pays aux multiples problèmes existentiels.

Les plates-formes politiques créées : G7, Rassemblement, Ensemble, Opposition républicaine, Union sacrée, etc. sont des organisations de complaisance, de compromission, donc des Regroupements n’ayant aucune vision pour l’alternance démocratique en RDC. Comment expliquer que le Rassemblement qui a organisé des marches avec morts d’hommes, des cartons jaunes et rouges, puisse être dissout de fait, sans que les sociétaires n’aient le courage d’expliquer à leurs bases respectives le bilan de ce regroupement (acquits et échecs) et les raisons de sa dissolution ? Les Congolais doivent refuser que les politiciens se servent chaque fois d’eux pour négocier des postes politiques pour leurs intérêts privés et ceux de leurs familles.

Il est clair que les hommes et les femmes qui se font passer pour des politiciens (opposants politiques ou Majorité présidentielle), sont des véritables rongeurs de la RDC. Ils ont tous transformé la RDC en une coquille vide, un pays où les jeunes n’ont aucun avenir, donc aucune perspective de vie meilleure. Les guerres, le chômage, le trafic d’influence, l’enrichissement illicite, le pillage des ressources du pays, la désarticulation des systèmes éducatif et sanitaire, etc., sont des réalisations indiscutables faites par ceux qui se sont autoproclamés politiciens.

Responsabilité de la population

L’insouciance qui caractérise l’élite politique africaine en général et congolaise en particulier en ce qui concerne la construction du bien-être commun est souvent encouragée et entretenue par la population. Le fanatisme tribal, le régionalisme, le suivisme aveugle, etc., sont des éléments qui renforcent la médiocrité de la classe politique dans leur entreprise de précarisation et de paupérisation éternelles de la population. Des hommes et femmes qui ont contribué à la prédation de la RDC, connus pour leurs discours et comportements versatiles, peuvent-ils bénéficier un quelconque soutien de la population ? Le peuple congolais est en partie responsable de son état de pauvreté et reste le seul à y mettre fin en évitant d’écouter et de suivre, sur base des raisons inutiles, des hommes et femmes politiques corrompus.

L’avenir de l’Afrique en général et de la RDC en particulier doit être façonné par les hommes et femmes d’Etat, intègres, consciencieux, et non par des irresponsables.

Femmes et hommes politiques africains : « il vaut mieux se retirer et laisser un bon souvenir plutôt que d’insister et de se transformer en un obstacle. On ne perd pas ce qu’on a jamais eu, on ne garde jamais ce qui n’est pas à vous et on ne peut pas s’accrocher à ce qui ne veut pas rester » ; Paulo Coelho.

Le débat est ouvert !

La Rédaction, le 29 avril 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Femmes et hommes politiques africains : quel avenir pour le continent ?

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD