EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : le Fonds bleu pour le Bassin du Congo

Article

Le tout premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission du Bassin du Congo et du Fonds bleu se déroule à Brazzaville du 27 au 29 avril. Il sera consacré, selon plusieurs sources, à la mise en œuvre du Fonds

C’est quoi le Fonds bleu pour le Bassin du Congo ?

L’initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo a pour ambition de redéfinir les bases d’une économie collaborative associant exploitation raisonnée des forêts et gestion durable des eaux des côtes maritimes, du fleuve Congo et de ses affluents. Il vise à renforcer l’approche écosystémique de gestion intégrée du massif forestier et des eaux du Bassin du Congo, zone géographique couverte qui comprend plusieurs bassins hydrographiques et d’importantes zones côtières. Principalement, il vise principalement à promouvoir « l’économie bleue » du Bassin du Congo, avec un principe de gestion communautaire et régionale qui implique douze pays.

Mission principale…Réduction des émissions des gaz à effet de serre, mais pas que

Le Fonds bleu pour le bassin du Congo a reçu la mission d’accompagner les Etats-membres dans la lutte pour la réduction des émissions des gaz à effet de serre et la préservation des écosystèmes aquatiques et forestiers du bassin du Congo dont près de 62% sont en RDC.

Origine de l’initiative

Annoncé à la 22e Conférence mondiale sur le climat à Marrakech (Maroc), l’accord portant création de ce fonds a été signé par douze pays de cette sous-région le 9 mars 2017 à Oyo en République du Congo. Il fait partie des engagements pris par les chefs d’États participant au premier Sommet africain de l’action en faveur d’une co-émergence continentale. L’initiative a originellement été lancée par la Fondation Brazzaville avec le soutien du Strategic Foresight Group.

Douze Etats membres du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo

Angola, Burundi, Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Centrafrique, République démocratique du Congo, Rwanda, Tanzanie, Tchad et Zambie. Ils seront développés dans ce pays des projets dans les secteurs clés de l’agriculture bio, l’écotourisme, l’artisanat traditionnel, l’énergie, avec l’objectif de renforcer les économies durables de la région et d’offrir une alternative à la déforestation.

100 millions d’euros pour des engagements de long terme

Le Fonds bleu proposera des subventions renouvelables chaque année de 100 millions d’euros pour les acteurs œuvrant pour la protection de l’environnement et pour la réduction des effets du réchauffement climatique dans la région du bassin du Congo.

Le fonds de départ

Le fonds de départ doit être constitué de contributions des États signataires de la création et de contributions de partenaires accompagnant la mise en place du fonds (gouvernements, sociétés commerciales, fondations). Il s’appuiera également sur les crédits alloués à la lutte contre le réchauffement climatique et à la préservation de l’environnement, à l’instar du Fonds vert pour le climat.

La position de la RDC aujourd’hui

Amy Ambatobe, ministre de l’Environnement et développement durable, souhaite que la présence des tourbières en RDC soit prise en compte dans le quota que chaque pays doit recevoir du Fonds bleu du bassin du Congo. Il l’a dit dans le cadre du lancement du segment ministériel de la Commission climat du Bassin du Congo à Brazzaville ce vendredi 27 avril 2018.

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC : le Fonds bleu pour le Bassin du Congo

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD