EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : le Conseil des ministres adopte un Plan national de relance agricole chiffré à 4,4 milliards USD sur trois ans

Article

Le ministre de l'agriculture a présenté devant le Conseil des ministres, tenue le vendredi 19 juin par vidéoconference, le Plan National de Relance Agricole (PNRA) qui a été, après débats et délibérations, adopté par le gouvernement.

Le PNRA se propose de "relever les défis du secteur agricole notamment dans la lutte contre l’insécurité et la malnutrition et dans la réduction de manière significative de la pauvreté de la population rurale".

Le coût total du PNRA sur une période de trois (03) ans est évalué à 4,4 milliards de dollars américains.

Le PNRA prévoit également la redynamisation des programmes agricoles nationaux pour un coût qui avoisinerait 60.910.848 $USD, mais n’est pas compris dans le PNRA.

"La cible du PNRA est le ménage agricole à travers tout le pays. L’objectif principal du PNRA est la valorisation des intrants agricoles et l’encadrement des ménages du secteur agricole au moyen d’une subvention pour une agriculture moderne. Le PNRA entend promouvoir les cultures vivrières que sont le maïs, le riz, le manioc et le haricot, ainsi que les produits agricoles essentiellement consommés par nos populations", note le compte rendu du Conseil des ministres.

A travers ce plan, le ministre de l'Agriculture a également suggéré au gouvernement l’obligation de mettre à la disposition des ménages agricoles des intrants agricoles, des engins motorisés et accessoires dont environ 2.000 tracteurs.

Desk eco

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC : le Conseil des ministres adopte un Plan national de relance agricole chiffré à 4,4 milliards USD sur trois ans

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD