EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : « Il faut à tout prix réformer la loi portant l’organisation de la Ceni »

Article

Le procès Kamerhe et son verdict ont amené plusieurs membres de son parti, l’UNC, à rappeler que le président de leur formation politique aurait dû être le candidat de la plate-forme Cach (Cap sur le changement) regroupant leur parti et l’UDPS de Félix Tshisekedi lors de la présidentielle de 2023.


Un rendez-vous avec les urnes qui est déjà revenu sur le devant de la scène congolaise depuis le début de ce mois de juin.
C’est que la composition de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui est le maître d’œuvre des scrutins en RDC, doit être renouvelée. La précédente Ceni étant arrivée à échéance le 30 juin 2019.
Dans la composition actuelle de son bureau de treize membres, six sont issus de la majorité parlementaire, quatre de l’opposition et trois de la société civile. Parmi ces trois postes, on retrouve notamment la présidence de la Ceni, poste central s’il en est.
RDCongo: résultats électoraux: Nangaa chicane sur ses obligations



C’est aux confessions religieuses que revient la tâche de désigner ce président. Or, les huit confessions qui se sont retrouvées autour d’une même table au début de ce mois et qui devaient désigner ce président par consensus ne sont pas parvenues à remplir leur mission.
Les catholiques et les protestants, les deux religions largement majoritaires en RDC, ont défendu un candidat commun, après que les catholiques ont annoncé ne plus défendre leur favori parce que celui-ci ne faisait pas le poids face au candidat des protestants. Or, il s’est avéré, au moment du vote, qu’il avait été candidat aux législatives de 2018, sur la liste d’un parti politique dans la province de l’Équateur.
Impossible dès lors de défendre ce candidat comme président de la Ceni.

RDCongo: les évêques exhortent à « tout mettre en œuvre pour éviter une parodie d’élections »



Il y avait trois noms dans ce sprint final, il n’en restait donc qu’un, celui de Ronsard Malonda, qui avait déjà officié dans la précédente Ceni. Inacceptable pour les catholiques et les protestants. Le président de cette plate-forme des confessions religieuses, un catholique, constate dès lors qu’il est impossible de trouver un consensus et suspend la réunion, au grand dam des autres confessions, qui voulaient aller au vote.
Catholiques et protestants sont pointés du doigt par la majorité des autres confessions. La tension est palpable et l’impasse semble totale. “Il sera difficile de se retrouver à huit autour de la table comme si de rien n’était”, explique un membre du clergé catholique. “Il est évident que ce qui vient de se passer va laisser des traces”, renchérit un membre d’une Église du réveil.

Pressions en tous sens

“Les catholiques doivent comprendre que ce processus est collectif et qu’ils doivent composer avec les autres”, explique de son côté un représentant de confession musulmane.
Le président Tshisekedi est descendu dans l’arène et a reçu les représentants des six confessions qui avaient voté pour Ronsard Malonda. “Il y a des pressions du pouvoir. Il juge dangereux de mettre un membre de l’ancienne Ceni à la tête de la nouvelle structure. Le président a son candidat, c’est un homme qui s’est construit une belle expertise dans le domaine électoral. Mais, s’il est soutenu par la présidence, il perd son crédit”, poursuit notre interlocuteur de confession musulmane.

Un audit de la Ceni Nangaa est crucial!

“Si le candidat Malonda passe, il ne faut pas exclure un mouvement de contestation populaire. On ne peut pas prendre ce risque”, pour un autre interlocuteur.
“Il faut constater que la loi actuelle portant l’organisation de la Ceni est défaillante. Il faut la revoir avant de chercher à mettre des noms sur les fonctions”, poursuit un membre de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui poursuit aussi en appelant à un audit de la Commission électorale nationale indépendante. “Qu’a-t-elle fait du milliard de dollars qu’elle a reçus pour organiser le scrutin?? Où sont passées les machines à voter?? Le peuple congolais a le droit de savoir.”

RDC: Les Etats-Unis préviennent : « Si vous trichez, vous serez sanctionnés »

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC : « Il faut à tout prix réformer la loi portant l’organisation de la Ceni »

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD