EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Tensions entre Kinshasa et Bruxelles : Bertrand de Crombrugghe relevé de ses fonctions d’Ambassadeur en RDC

Article

En République démocratique du Congo, Bertrand de Crombrugghe n’est plus ambassadeur de la Belgique. Le ministère belge des Affaires étrangères le confirme à RFI ce lundi 30 avril après la parution d’un article dans le quotidien néerlandais De Standaard. En janvier dernier, le diplomate avait quitté Kinshasa sur fond de tensions diplomatiques entre les deux pays, officiellement pour « une série de discussions ». Finalement, il a été relevé de ses fonctions.

Lorsque Bertrand de Crombrugghe avait quitté précipitamment Kinshasa à la fin janvier, certains avaient déjà parlé d’une « rupture ». Mais à l’époque, le ministère des Affaires étrangères minimisait la crise. « Ce n’est pas un rappel dans le sens diplomatique du terme, expliquait alors l’un de ses porte-paroles. Techniquement, c’est un retour à Bruxelles pour des discussions » pour « une dizaine de jours ».

Trois mois plus tard, décision a finalement été prise de le rappeler. La raison invoquée est « le contexte bilatéral ». Autrement dit, la brouille diplomatique qui s’aggrave entre les deux pays. Kinshasa vient alors d’annoncer la fermeture de la nouvelle agence belge de développement et aussi de la maison Schengen. Bruxelles rappelle également ce lundi matin que la RDC n’a plus d’ambassadeur en Belgique depuis plus d’un an.

« Rupture de confiance » avec le ministère

Mais le journal néerlandophone De Standard qui révèle l’information évoque lui une « rupture de confiance » entre l’ambassadeur et le ministère belge des Affaires étrangères. Des divergences sur la tonalité à adopter vis-à-vis de Kinshasa dans une période difficile.

Les mois précédents son départ, Bertrand de Crombrugghe aurait pris trop de liberté avec les instructions de son ministère de tutelle. « Parlait-il pour lui-même ou bien pour son pays ? Il était devenu difficile de le savoir », explique un diplomate. « La rupture de confiance était totale ». Problématique dans une période de fortes tensions et pour un pays aussi stratégique que la RDC sur la scène diplomatique belge.

Sur quoi portaient les divergences ? La presse belge croit savoir que Bertrand Crombrugghe avait une approche plus « pragmatique » que le ministre Didier Reynders, partisans d’une plus grande fermeté vis-à-vis de Kinshasa. Mais d’autres sources nuancent : « trop conciliant » à certains moments, trop « peu diplomatique » à d’autres. En un mot incontrôlable.

Dialogue maintenu

Qu’il s’agisse d’une décision liée à sa personnalité ou d’un message diplomatique, ce rappel entraine en tout cas une vacance à quelques mois d’échéances électorales cruciales et alors que plusieurs dossiers épineux sont sur la table comme par exemple celui de la maison Schengen.

A Bruxelles, on assure que le choix de nommer un nouvel ambassadeur dépendra de l’évolution des relations entre les deux pays. Encore faudra-t-il en trouver un qui obtienne l’agrément de Kinshasa.

La Belgique dit maintenir le dialogue avec la RDC et espérer que les tensions bilatérales pourront être résolues « de façon à ce que la Belgique et la RDC puissent à nouveau être représentées à un niveau d’ambassadeur à Kinshasa et à Bruxelles ».

En attendant, l’intérim à l’ambassade de Belgique à Kinshasa est assuré par Philippe Bronchain, ex-consul général de Belgique à Lubumbashi. Rappelons que Kinshasa avait demandé à la Belgique la fermeture de ce consulat en février dernier.

RFI

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Tensions entre Kinshasa et Bruxelles : Bertrand de Crombrugghe relevé de ses fonctions d’Ambassadeur en RDC

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD