EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDCongo: des sénateurs américains plaident pour plus de sévérité envers la corruption au Congo

Article

La commission Affaires étrangères du Sénat des Etats-Unis a envoyé le 17 août une lettre – dont une copie qui est parvenue à La Libre Afrique.be – aux secrétaires d’Etat et au Trésor, MM. Michael Pompeo et Steven Mnuchin, pour les inciter à faire plus pression sur le Congo en vue d’y combattre la corruption, dont l’impact sur la gouvernance est considérable, souligne-t-elle.

Les signataires de la lettre sont les sénateurs James Risch, Robert Menendez, Marco Rubio, Benjamin Cardin, Ted Cruz, Christopher Coons, David Perdue, Cory Booker et Tim Kaine. Ils soulignent qu’en 18 mois de Présidence, Felix Tshisekedi n’a toujours pas ralenti la corruption qui sévit au Congo, ni la « capture de l’Etat » par « Kabila et ses acolytes », ni la violence des forces de sécurité congolaises etleurs alliés dans l’est du pays.

Selon eux, les efforts du gouvernement américain devraient se concentrer sur le démantèlement du « système kleptocratique de l’ex-président Kabila » afin que les richesses du Congo profitent aux Congolais.

Ils reconnaissent que Felix Tshisekedi a « ouvert l’espace politique » et promis de lutter contre la corruption; « il faut maintenant concrétiser ces promesses ». L’enquête en cours contre l’ex-patron de la Gécamines, Albert Yuma, et la condamnation pour corruption de Vital Kamerhe, ex-directeur de cabinet du chef de l’Etat, « sont des signes de progrès prometteurs. Mais plus peut être fait », écrit la commission sénatoriale, notamment dans le domaine minier.

Les signataires demandent aux deux ministres de travailler sur cinq point en particulier:

– Faire des progrès sur les réformes électorales, en vue des scrutins de 2023. Et de rappeler que trois membres de l’ancienne Ceni (Commission électorale nationale indépendante) sont visés par des sanctions américaines pour obstruction au processus électoral et détournement de fonds. Il faut que les Congolais sachent, écrit la commission sénatoriale, que toute nouvelle administration congolaise qui arriverait au pouvoir autrement que par des élections démocratiques crédibles « n’aura pas de relations amicales avec les Etats-Unis ».

– Etendre les sanctions personnelles à d’autres grands responsables de la corruption et prendre des mesures pour que ceux qui sont déjà frappés ne puissent contourner les sanctions; faire plus pression sur Kinshasa pour que soient écartés les généraux sanctionnés pour violations des droits de l’Homme.

– Prendre des mesures contre le blanchiment d’argent.

– Faire des réformes anti-corruption une condition pour obtenir du FMI des prêts non-urgents, notamment en matière de transparence du secteur minier;

– S’intéresser aux conflits pour l’or, dans l’est du pays, en prenant des sanctions contre les compagnies et intermédiaires, « y compris au Rwanda, en Ouganda et aux Emirats arabes unis », qui facilitent les exportations illégales.

Libre Afrique

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDCongo: des sénateurs américains plaident pour plus de sévérité envers la corruption au Congo

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD