EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Moïse Katumbi : candidat pour l’alternance démocratique et le développement ou simple marionnette pour la prédation de la RDC ?

Article

A l’approche des élections générales de 2018, les grands enjeux auxquels les prétendants successeurs de Joseph Kabila doivent faire face sont : l’insécurité, la misère grandissante, l’impunité, la construction des institutions démocratiques, etc. Ainsi, au sein de l’opinion, plusieurs interrogations demeurent sans réponses et constituent des équations à plusieurs inconnus.

Moïse Katumbi a-t-il des compétences politiques, managériales,… suffisantes pour faire face à tous ces problèmes existentiels ? Selon ses partisans, Moïse est l’homme de la situation, son passage au gouvernorat de la grande province du Katanga explique tout. Son bilan est unique et ne peut faire l’objet d’aucune comparaison, et son carnet d’adresse lui permet de mobiliser les investisseurs pour amorcer le développement du pays. Mais les détracteurs de Moïse expliquent autre chose : « il est l’homme qui a contribué au démantèlement de la Gécamines, participé au trafic illicite des minerais de la RDC, bref, un homme d’affaires, pas un homme d’Etat. Il est responsable du bilan d’une dizaine d’années de la gouvernance ‘’chaotique’’de la Majorité présidentielle. La province du Katanga est restée très pauvre (pas de routes, pas d’électricité et d’eau potable, infrastructures scolaires et sanitaires délabrées, bref, une province en ruine) comme les autres provinces de la RDC en dépit des moyens importants générés au niveau provincial ».

Certains cadres de la Majorité présidentielle accusent Moïse d’être une marionnette des occidentaux : « le soutien qu’il bénéficie du monde de la finance, de quelques hommes politiques occidentaux, de certaines organisations internationales prouve tout. Il risque d’ouvrir la voie à une exploitation sauvage et aveugle des ressources de la république pour servir ses maîtres et regarnir son portefeuille ». La réponse est sans équivoque du côté des amis de Katumbi : « la Majorité présidentielle a été une fabrication de l’occident, les propos de Louis Michel, ancien Commissaire européen, la présence de l’EUFOR avant, pendant et après les élections générales de 2006, montrent à suffisance tout ce que l’on peut savoir du pouvoir de la MP. Aussi, les amis de Katumbi expliquent que l’occident constitue un partenaire nécessaire pour le développement de la RDC et non un agent pilleur des ressources du Congo. D’ailleurs, ajoutent-ils, les ressources minérales du Congo ont connu un modèle d’échange économique du jamais observé au 21ème siècle avec la Majorité présidentielle, le troc ».

La question importante que se pose la majorité de la population congolaise est la suivante : dans un climat où le pouvoir et l’opposition pensent et croient aux manipulations de l’occident pour installer des Kapitas au pouvoir au Congo, à quoi servent alors les élections ?

‘’L’acharnement’’ politique et judiciaire dont fait face Moïse Katumbi peut-il expliquer la peur que la Majorité présidentielle manifeste vis-à-vis d’une probable candidature de Moïse ? Il se dégage aux yeux de l’opinion publique que Moïse est victime des cabales politiques montées par le pouvoir en place pour l’empêcher à se présenter à l’élection présidentielle. Que fera alors le Groupement politique de Katumbi (Ensemble) dans l’hypothèse où le retour au pays de son candidat devient impossible ? Soutenir Félix Tshisekedi, l’allié traditionnel de Katumbi ou fabriquer un autre candidat ? « Se mettre autour d’un candidat unique de l’opposition congolaise est un exercice plus complexe que la traversée de la mer rouge par les israéliens à l’époque », affirme un Pasteur d’une église de réveil de Kinshasa.

Il est vrai que le bras de fer entre Moïse Katumbi et Joseph Kabila, deux hommes qui se connaissent parfaitement bien, a pris une autre tournure. Selon un acteur de la société civile, « il peut s’agir d’une stratégie de conservation du pouvoir au sein d’un même groupe ayant des objectifs semblables » ; une affirmation difficile à vérifier.

D’autres détracteurs disent que Moïse Katumbi a un entourage (pas tous) qui a une mauvaise réputation auprès de l’opinion : des gens versatiles capables de changer de camp au gré des intérêts, des corrompus, des troubadours et autres opportunistes de mauvais goût. Cette situation ne concerne pas seulement le camp de Moïse, mais la plupart d’organisations politiques de la RDC ; une malédiction politique pour l’Afrique toute entière.

La pauvreté, les conflits armés, la corruption, le pillage de ressources, les trafics d’influence de tout bord et bien d’autres tares qui rongent la RDC, ont besoin d’une véritable alternance et non d’un simple changement d’hommes. Tant que la gouvernance sera confiée de gré à gré en RDC, le développement sera toujours renvoyé aux calendes grecques.

Moïse Katumbi incarne-t-il ce changement tant souhaité par la population congolaise ? Le programme présenté ne suffit pas pour rassurer cette population qui a été roulée depuis plusieurs années par des discours et projets bien écris, mais dont la réalisation sur le terrain n’a jamais été observée quelque part en RDC. Le Manifeste de la Nsele, les Objectifs 80, les Cinq chantiers de la république, la Révolution de la modernité, etc. sont des exemples des programmes qui sont restés pour l’essentiel sur papier. En autre, certains chantres de ces projets/programmes/discours se trouvent aujourd’hui dans l’entourage immédiat de Moïse Katumbi.

« La candidature de Moïse fait peur, elle dérange, elle créée des insomnies dans certains milieux politiques », dixit un vendeur ambulant de lait calleux rencontré à Kingasani dans la banlieue de Kinshasa. Le jeu politique en RDC a finalement transformé tous les congolais en ‘’acteurs politiques ‘’ avertis, le moment de discours et projets non tenus appartient désormais au passé.

Moïse Katumbi Chapwe, véritable candidat pour le changement ou une marionnette pour la prédation de la République Démocratique du Congo ?

Le débat est ouvert : votre point de vue est important, pas d’insultes et pas d’attaques personnelles

La Rédaction, le 06 mai 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Moïse Katumbi : candidat pour l’alternance démocratique et le développement ou simple marionnette pour la prédation de la RDC ?

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Jack Nyanima
Slt eadev, pour moi le peuple congolais peut donner la chance a katumbi, il peut amener le changement. merci || 07/05/18 - 04:05:17
Nadou mbala
laissons cet homme tranquille qui incarne le desire du peuple congolais. || 07/05/18 - 07:05:33
Kalala Jean. Merci Eadev Pr Les Infomations. || 06/05/18 - 08:05:38
ci Katumbi De Vien President Ds Ce Pays, La Rdc Sera Balkanisée. Il Parmi Les Gents Qui Veut La Balkanisation De La Rdc, Se / Kabadi Ngoy. || 06/05/18 - 07:05:20
kambale michael
Il l'a prouvé quand'il était gouverneur s'il se fait entouré des hommes travailleurs il va bien dirigé le pays, donc il doit cherché des courageux,fort,sérieux, pas facile de trouvé des comme ça en rdcongo || 06/05/18 - 06:05:34
Moïse Est Entoure Par Les Kabilistes, Quel Changement Il Peut Faire En Rdc. Se. Makala Aime. || 06/05/18 - 06:05:31
katumbi Est Kabiliste Il Ne Peu Pas Nous Distre, Il A Tjr Dit Il Ne Peu Pas Trahire Kabila Et Le Pprd Comme Kamerhe. Se/ Jermie Kanda. || 06/05/18 - 06:05:47
CABD