EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC-Kongo central : l’utilisation intensive des intrants chimiques (engrais et pesticides) dans la production de légumes inquiète les scientifiques

Article

Pour réaliser la production de légumes, les maraîchers de grandes villes de la RDC en général et ceux de Mbanza-Ngungu en particulier, pour qui le maraîchage constitue la source principale de revenus, recourent à l'utilisation excessive des intrants chimiques.

La ville de Mbanza-Ngungu se situe à 154 km de Kinshasa (capitale de la RDC) dans la province du Kongo central. Avec son climat favorable à l’agriculture, sa proximité de Kinshasa, l’activité maraichère a connu un fort développement comparativement aux cultures vivrières.

Le développement du maraichage dans la région a ouvert la voie à l’utilisation des engrais et pesticides de synthèse pour gérer la fertilité des sols et les prédateurs. Les magasins de vente de ces produits se sont aussi développés dans la ville. Les maraichers, à cause de leur faible niveau d’instruction, connaissent mal l’utilisation des produits chimiques et leurs impacts sur l’environnement et la santé publique.

Le manque d'encadrement et de suivi technique des producteurs urbains dans ce domaine, sont parmi les facteurs qui sont à la base de l'utilisation irrationnelle des intrants chimiques en maraichage.

La plupart de ces maraîchers n’ont pas reçu de formations sur l’utilisation de ces produits. Il se pose ainsi un sérieux problème de dégradation de l'environnement par les émissions de gaz à effet de serre, la destruction de la biodiversité (insectes pollinisateurs et ennemis naturels des ravageurs), la pollution du sol, de l’air, des eaux et le risque sur la santé publique. Les producteurs de Mbanza-Ngungu reconnaissent que la population des abeilles a suffisamment diminué dans la région.

Les engrais chimiques les plus utilisés sont le NPK et l’urée et les quantités utilisées varient d’un maraicher à un autre. 100% des maraîchers de Mbanza-Ngungu utilisent les pesticides de synthèse : insecticides, acaricides, fongicides, nématicides, herbicides, rodenticides, etc. Leur utilisation ne suit aucune norme, les traitements sont réalisés de façon préventive, selon un plan de pulvérisation conçu par les producteurs eux-mêmes. Pour une culture de trois à quatre mois comme le chou pommé, la tomate, la carotte, etc., la fréquence de traitement est de deux fois/mois. La majorité de producteurs n’appliquent pas de doses indiquées sur les bouteilles. Très peu de producteurs se conforment aux règles d’hygiène pendant et après les traitements phytosanitaires.

Il est important de préciser que les points de captage d’eau de la REGIDESO de Mbanza-Ngungu sont tous concentrés dans la vallée de Loma où l’activité maraîchère est intense avec une utilisation abusive des intrants chimiques (engrais et pesticides). Le sol de ce site est sableux et l’infiltration rapide des eaux de pluie rend la nappe d’eau particulièrement vulnérable à la contamination par les intrants agricoles. Est- ce que l’eau utilisée à Mbanza-Ngungu est-elle de bonne qualité ? L’utilisation des intrants chimiques (engrais et pesticides) à Mbanza-Ngungu présente des risques sanitaires et environnementaux importants. L’usage des engrais comme le NPK et l’urée ne se justifie pas dans la région, car les plantes comme le Tithonia et le chromolaena peuvent être utilisées pour fertiliser les cultures.

Il est urgent de sensibiliser les producteurs de légumes de Mbanza-Ngungu et d’autres villes de la RDC, en vue de renforcer leurs capacités sur le plan agro-écologique et socio-économique. Il est aussi nécessaire de former les producteurs sur les pratiques agro-écologiques (utilisation de biopesticides pour la protection des cultures, de compost, d’engrais vert et d’autres produits organiques pour la fertilisation des cultures).

Par Yves NKANGU (+243826568615)

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC-Kongo central : l’utilisation intensive des intrants chimiques (engrais et pesticides) dans la production de légumes inquiète les scientifiques

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

djodjo makala banda
l'actualité de l'article est capitale pour afin ressoudre les differents problèmes sur l'utilisation des pesticides en cela nous signalons de ma part un grand problème sur la non formation de l'utilisation car les effets ou soient son inconvenient sur la santé humaine et sur l'environnement par l'exposition et dispersion de sa concentration mais de l'autre côté il est indispensable pour contrôler les ravageurs en vue d'optimiser les rendements des cultures maraichères compte tenue des engrais ils ameliorent les proprietés physiologiques. exemple le cas de certains d'entre eux l'engrais azoté qui intervient dans la formation des protéines et dans la croissance végétative de la plante et fait partie de la molecule de la chlorophylle. merçi beaucoup Ir yves et Prof Minengu pour avoir publié l'article pour assurer l'approfondissement de notre recherche || 12/05/18 - 01:05:06
Serge kalonji
Super obervation Monsieur Yves, il ne reste que la mise en application des pistes de solution que vous avez proposer. Je soutien. || 12/05/18 - 12:05:29
Medi LUTUZAYA MUSUAMI
Un très bon article mon cher ingénieur Yves Kangu, je suis touché après avoir lu la question posée sur la qualité de l'eau distribuée par la REGIDESO ville de Mbanza-Ngungu vu son enplacement, dans l'ensemble je ne peux dire que la cause et la propagation des maladies sont facilitées dans cette ville. S.E.M. Medi LUTUZAYA MUSUAMI Ingénieur agronome et Futur Ministre de l'agriculture/RDC || 12/05/18 - 11:05:51
guelord mfuana
C'est un article original qui explique des choses vraies. Je suis de la region et Je connais bien cette situation . Merci bcp Ir. Yves et le prof Minengu . || 12/05/18 - 08:05:15
guelord mfuana
C'est un article original qui explique des choses vraies. Je suis de la region et Je connais bien cette situation . Merci bcp Ir. Yves et le prof Minengu . || 12/05/18 - 08:05:08
CABD