EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Les parcs agroindustriels en République Démocratique du Congo

Article

Les parcs agro-industriels : une des alternatives pour le développement agricole en République Démocratique du Congo ?

Pour certains intellectuels du monde académique, politique et des organisations de développement agricole et rural, la sécurité alimentaire, la création d’emplois stables et de chaines de valeurs, la réduction significative de la dépendance du pays aux importations des biens alimentaires, passent obligatoirement par la création de parcs agro-industriels à travers tout le pays. L’agriculture paysanne caractérisée par la polyculture, l’utilisation de moyens de production rudimentaires et donc par une faible compétitivité, est appelée à disparaitre.

La plupart de ces intellectuels qui ont pourtant étudié avec l’argent provenant de la vente du manioc, du maïs, de l’arachide, de la chèvre, de la poule et bien d’autres produits issus de l’agriculture familiale, semble ignorer le rôle qu’a joué cette forme d’agriculture pour leur propre évolution. Ils oublient également le rôle néfaste joué par le délabrement des routes de desserte agricole et d’autres voies d’évacuation de produits agricoles vers les grands centres de consommation et les industries de transformation. Pour ces intellectuels, la mécanisation de l’agriculture, les accaparements des terres agricoles, l’utilisation des variétés à haut rendement, des engrais chimiques et pesticides de synthèse ainsi que la monoculture intensive, tels que pratiqués dans le parc agro-industriel, permettraient un développement équilibré de l’agriculture en République Démocratique du Congo.

L’agriculture paysanne ne peut être considérée comme un frein au développement de l’industrie agricole dans un pays. L’industrie du cacao à travers le monde fonctionne à plus de 80% avec la production provenant des exploitations paysannes. L’approvisionnement de cette industrie en cacao, matière première, ne pose aucun problème. Chaque acteur de la filière y trouve son compte.

Les parcs agro-industriels peuvent devenir l’une des alternatives pour le développement agricole en République Démocratique du Congo, à condition que ces derniers s’inscrivent dans une logique de développement durable : prise en compte des préoccupations sociales, économiques et environnementales. Les parcs agro-industriels doivent cesser d’être des sites de production de manioc, de maïs, de riz, d’haricot et d’autres produits agricoles, de création de tensions sociales en termes d’accaparement des terres agricoles, de concurrence vis-à-vis des petits producteurs, d’agrobusiness en outrance et de production d’une nourriture à un coût énergétique élevé. Les parcs agro-industriels devraient s’orienter vers la transformation des produits au niveau local (mise en place de petites unités de transformation), la production d’intrants (engrais, pesticides, matériels aratoires, etc.), l’encadrement des agriculteurs et des Organisations paysannes. Du fait de nombreuses incertitudes qui caractérisent le secteur agricole, la participation d’investisseurs privés nationaux est d’une importance capitale pour la viabilité à long terme des parcs agro-industriels. L’idée de la participation de l’Etat comme actionnaire dans le parc agro-industriel doit être abandonnée au regard des expériences passées et de l’évolution socio-économique et politique du pays.

Véritable pilier de l’économie congolaise, l’agriculture contribue à près de 40% du produit intérieur Brut (PIB) et fait vivre les trois quarts de la population active. Les stratégies visant la lutte contre la pauvreté rurale, le chômage, l’insécurité alimentaire, doivent s’appuyer principalement sur la relance de la production agricole au niveau des exploitations familiales, étant qu’entité autonome capable de fournir des denrées alimentaires et de la matière première à l’industrie agricole. Le développement d’un pays passe par la promotion de petites et moyennes entreprises capables de créer des emplois durables et non par la création de grandes entreprises agricoles hautement mécanisées dont l’amortissement des investissements dans le court et le long terme reste incertain.

Par Jean de Dieu MINENGU

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Les parcs agroindustriels en République Démocratique du Congo

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Jean Mutoy
merci D'avoir Pansé Mais L'Etat doit savoir a respecté les aspects suivant: aspect physique, economique et social pour qu'alafin la vie de gent change. Et en plus il faut qu'il ait une bonne propagation., les gestionmaires doivent bien se comporté.,la population doit participé l'ors d'elaboration. si l'Etat respecte tout ça celà va bien marché, mais si celà ne sont pas respectueux ,sa sera une catasthrophique.JEAN MUTOY/UNIKIK .Ir2 phito || 05/02/18 - 12:02:10
|| 05/02/18 - 12:02:18
Valentin KANGALI LUBULA: selon moi pour penser à un éventuel développement agricole; l'État doit d'abord investiture sur les infrastructures notamment les routes de dessertes agricoles, qui malgré les concurrences des marchés vont permettre à chacun de concevoir son projet agricole en fonction du marché de son choix. || 19/01/18 - 08:01:51
Mpolo myriam
Ce bon prof ,parceque si tous ça se pratique,il aura l'équilibre alimentaire et sa va diminuer le taux d'importation || 07/01/18 - 04:01:19
Kimbeni Marie-Claire
|| 04/01/18 - 05:01:04
Christian belenge
La République démocratique du congo a presque tous, mais ce qui nous manque c'est l'organisation et emplacement de personnels qualifiés à la place qu'il faut. Actuellement ce que nous assistons à une folie du gouvernement en place qu'il ne veux pas associé la faculté des sciences agronomiques dans les projets agricoles. || 09/12/17 - 06:12:55
Joseph BULABULA
Vous avez raison car l'on ne peut pas une seule seconde oublier noir sur blanc d’où nous venons! Il y a aussi nécessité de bien réfléchir avant d'envisager un quelconque changement. Mais la plus part des intellectuels intervenant dans ce sens ne visent leurs propres intérêts. tout est question de bonne volonté! car: Quand l'homme change d'esprit, le monde change d'aspect! || 16/10/17 - 02:10:40
Mireille
Bien dit prof ! || 16/09/17 - 02:09:21
CABD