EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

La Guerre, la Paix... et la Nature ! Où va le monde ?

Article

Les Nations Unies ont été créées à la suite de guerres qui ont causé la mort et des ravages à une échelle difficile à imaginer. Maintenant, de nombreuses nations se rassemblent pour regarder vers l'avenir, mais pas seulement. Elles regardent aussi autour d'elles et voient notre monde tel qu'il est maintenant.

La diminution accélérée de la biodiversité et la dégradation des écosystèmes causent des centaines de milliers de morts. Les conséquences de la dégradation des écosystèmes sont entre autres: la pollution de l'air, la perte de fertilité des sols, la diminution de la qualité et de la quantité de l'eau et la multiplication des catastrophes induites par les changements climatiques. Ce sont les populations les plus vulnérables qui sont les plus durement touchées, ce qui les pousse souvent à quitter leur foyer et leur village en raison de la perte des ressources naturelles dont elles dépendent. Cela conduit souvent à une recrudescence des conflits.

Il existe de nombreux exemples de conflits entre éleveurs et agriculteurs de subsistance motivés par la dégradation des écosystèmes. A cause de la dégradation des prairies, les éleveurs nomades du Maroc s'installent de plus en plus dans les forêts plus au nord, déjà occupées par des communautés, ce qui conduit à des conflits. Une étude indique que la dégradation des écosystèmes pourrait en effet entraîner la migration de 135 millions de personnes d'ici 2045.

La détérioration des services écosystémiques tels que la diminution de la disponibilité et de la qualité de l'eau joue souvent un rôle clé dans les guerres civiles et les conflits transfrontières. Une sécheresse sans précédent en Syrie entre 2007 et 2010 aurait provoqué un exode de près de 1,5 million d'agriculteurs vers les villes à la recherche de nourriture et de travail, exacerbant les conditions qui ont peut-être contribué à l'éclatement de la guerre civile.

Les populations d'animaux sauvages en bonne santé constituent un atout incroyable pour les communautés locales et les économies nationales. Par exemple, la valeur du tourisme faunique dans l'économie tanzanienne est de 1,3 milliard de dollars US par an. Pourtant, cet atout naturel national est en crise à cause du braconnage et du commerce illégal d'espèces sauvages. L'implication des réseaux criminels organisés transnationaux dans le commerce illégal d'espèces sauvages et la corruption qui sous-tend la criminalité faunique menacent la primauté du droit, la gouvernance et la sécurité - la conservation de la faune est une question de sécurité nationale et mondiale.

Aborder la question du lien entre migrations et conflits est essentiel pour la sécurité humaine, pour assurer une société plus durable, équitable et inclusive et un avenir meilleur pour nous tous. Par conséquent, le travail du PNUD donne la priorité aux efforts visant à sauvegarder notre patrimoine. Les solutions basées sur la nature pour promouvoir une planète durable représentent l'une des six solutions phares que le PNUD propose dans le cadre de son plan stratégique actuel couvrant la période 2017-2021.

La Nature pour la vie est l'une des nouvelles campagnes du PNUD. C'est aussi le thème de l'événement d'entreprise du PNUD qui sera organisé au cours du Forum politique de haut niveau sur le développement durable à New York en juillet. L'événement mettra en évidence comment la nature est indispensable à la survie et au bien-être de l'Homme et la manière dont les écosystèmes sains contribuent à maintenir et à promouvoir la paix et la sécurité.

C'est l'horreur des guerres et des massacres qui a conduit à la création des Nations Unies. Les schémas actuels de dégradation des écosystèmes et d'extermination des espèces qui se déroulent actuellement à une échelle sans précédent représentent une menace tout aussi grande, mais sont souvent moins évidents et passent souvent inaperçus au niveau mondial.

Nous sommes bénis par un monde incroyablement beau que nous appelons notre "maison", et que nous partageons avec des millions d'autres espèces. Mais il n'y a pas de "Planète B". Ce serait un acte de négligence impardonnable et honteux si nous laissions périr la plus grande partie de la vie sur notre planète. Les 10 prochaines années détermineront la trajectoire du futur humain. Laissez-nous être un acteur du changement pour faire de notre avenir un avenir sûr et harmonieux.

PNUD

Vous pouvez télécharger le programme ici :

La Guerre, la Paix... et la Nature ! Où va le monde ?

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD