EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : Les scientifiques déplorent la disparition des plantations de mangoustaniers à Kisantu au Kongo central

Article

Kisantu est l’une des villes de la province du Kongo central située à 120 km au sud de Kinshasa. Elle est le centre d’origine, de domestication et de conservation de plusieurs espèces végétales locales grâce au Jardin botanique créé par le frère jésuite Justin Gillet en 1900. Ce dernier rassemblait de nombreuses variétés d’agrumes et autres arbres fruitiers tropicaux, comme le mangoustanier d’Indonésie, ainsi qu’une collection de plus de 50 variétés de bananiers à fruits comestibles et d’autres plantes ornementales.

Le mangoustanier (Garcinia mangostana ) figure parmi les plantes qui se sont bien adaptées et acclimatées dans la région; cela a fait de la ville de Kisantu, un site de dispersion de cette espèce en République Démocratique du Congo (RDC). Ainsi, les plantations de mangoustanier les plus importantes dans la province du Kongo central se trouvent à Kisantu. Aujourd’hui ces plantations sont menacées de disparition à cause des attaques des cochenilles. Les cochenilles sont des insectes de petite taille dont le corps est couvert par une sécrétion de couleur blanche. Les dégâts le plus importants sont rencontrés au niveau des feuilles où il ya la formation de la fumagine (sécrétion de couleur noire).

Les attaques des cochenilles provoquent l’affaiblissement de l’arbre en prélevant la sève et en réduisant la surface photosynthétique des feuilles. De ce fait, on observe la chute des feuilles qui s’accompagne de la mort de la plante ; l’arbre attaqué ressemble à une plante foudroyée.

Le mangoustanier et le ramboutannier sont des cultures fruitières les plus rentables dans la région de Kisantu et ses environs, ainsi les attaques de ces plantes par les cochenilles constituent un danger pour la vie de nombreux ménages agricoles qui seront affectés sur le plan socio-économique.

Les plantations de mangoustanier dans la région sont essentiellement familiales et la densité varie de 5 pieds par are. Un kilogramme de mangoustan se vend à 3200 Fc équivalent à 2$. Une jeune maman rencontrée sur le terrain explique ceci : avant les attaques des cochenilles, je récoltais 13 paniers par semaine sur les 17 pieds de mangoustaniers que j’avais dans mon exploitation, mais je viens de perdre déjà 4 pieds et je ne connais pas la suite de ces attaques.

Les cochenilles constituent actuellement les ravageurs potentiels des cultures fruitières dans beaucoup de provinces de la RDC. Les attaques des cochenilles sont observées sur les agrumes dans la ville de Kikwit (Province de Kwilu) en RDC où une campagne de sensibilisation de la population sur les dégâts et les stratégies de lutte sera organisée par la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Kikwit.

La disparition des plantations de mangoustaniers dans la région de Kisantu, site d’approvisionnement pour les commerçants des villes de la province du Kongo central et de Kinshasa (capitale de la RDC), aura un impact socio-économique sur la vie des ménages agricoles de la région.

Les agriculteurs sont invités à procéder à des rondes phytosanitaires pendant la saison sèche, période où les attaques des cochenilles sont importantes, à bien fertiliser leurs arbres, à éliminer les premières feuilles attaquées et à les incinérer, à pulvériser des arbres à l’aide de l’eau contenant du savon (5 g de savon dans 10 litres d’eau). Lorsque les attaques sont importantes, il est recommandé de procéder à l’élimination complète de l’arbre puis de son incinération.

Par ingénieur Yves NKANGU (+243826568615, nkanguyves@gmail.com)

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC : Les scientifiques déplorent la disparition des plantations de mangoustaniers à Kisantu au Kongo central

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Rémy nzeza
merci pour cette information. || 09/06/18 - 07:06:11
CABD