EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : un pays gravement malade, la responsabilité de l’élite

Article

La République Démocratique du Congo est un pays malade sur tous les plans : social, économique, politique et environnemental.

Sur le plan social, le pays souffre de la médiocrité de ses élites politique, économique, bureaucratique, intellectuelle, etc. avec comme conséquences : la précarisation accentuée des masses populaires au profit d’une petite classe politique corrompue, la banalisation de la vie, le développement exponentiel du banditisme en milieux urbains, la mort du système éducatif,…

Sur le plan économique, le pillage des ressources de la république par les charognards de tout bord se porte bien. Les ressources minières : cobalt, cuivre, coltan, or, dimant, etc. sont exploitées à travers le pays mais les retombées pour l’amélioration des conditions de vie de la population sont invisibles. Le secteur agricole a été complètement oublié, le parc agroindustriel de Bukanga-Lonzo a été une occasion pour certains hommes politiques de se taper une bonne santé financière, des millions ont été investis, pour zéro résultat. Les possibilités pour l’émergence de l’entrepreneuriat des jeunes sont inexistantes. Congo Airways a une flotte composée d’avions d’occasion, la SNCC est un canard boiteux, la REGIDESO et la SNEL ont du mal à fournir de l’eau et de l’électricité à la population, une catastrophe économique sans précédent. La corruption et le trafic d’influence sont des tares qui minent le secteur économique du pays.

Sur le plan politique, la vraie démocratie pour laquelle des millions de congolais ont payé de leurs vies, est devenue un rêve difficilement réalisable dans les conditions actuelles. Les hommes politiques n’ont plus de mandat, une fois élu, on reste au pouvoir éternellement. Les intimidations, les arrestations arbitraires, l’intolérance politique, la confiscation des libertés individuelles et collectives, sont des stratégies pour instaurer une nouvelle dictature. Les lieux sacrés comme les églises, les écoles, etc. sont vandalisés. Bref, un chao politique organisé et prémédité.

Sur le plan environnemental, l’insalubrité dans les villes de la RDC n’est plus à démontrer, les cours d’eau et les sols sont pollués par des polluants de toutes sortes, les espaces verts dans les villes sont occupés par des hommes sans foi ni loi, le pillage des ressources forestières se porte à merveille, les parcs nationaux sont dans un état d’abandon et occupés soit par les groupes armés ou par les hommes politiques, les effets du changement climatique pèsent lourdement sur la vie des populations pauvres (inondations, sécheresses, bouleversement du calendrier agricole, etc.).

La responsabilité de l’élite, s’il en existe encore, est clairement établie dans ce chao social, économique, politique et environnemental que vit le Congo. Le développement d’un pays est fonction en premier lieu de la qualité de ses élites, car, même sans ressources naturelles importantes, mais avec une élite qualifiée, on peut créer des ressources pour le bien être de la population. La RDC manque énormément cette élite de développement.

La Rédaction, le 05 juin 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC : un pays gravement malade, la responsabilité de l’élite

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD