EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Esclaves sexuelles du Kasaï: la colère de la société civile

Article

En RDC, après l'inquiétude des Nations unies, la colère de la société civile. Depuis plus d'un an, au moins une soixantaine de mineurs, essentiellement des filles, ont été kidnappées et utilisées comme esclaves sexuelles par les milices Bana Mura dans le territoire de Kamonia, dans la province du Kasaï.

Selon l'ONU et les organisations de défense des droits de l'homme, ces milices sont proches de certains officiers de l'armée ou autorités provinciales. Et malgré des missions sur le terrain de l'ONU et des informations livrées aux autorités locales sur les lieux où ces filles pourraient être détenues, elles n'ont toujours pas été libérées.

Julienne Lusenge est l'une des plus grandes figures de la société civile congolaise qui se bat depuis plusieurs années pour la reconnaissance des droits de femmes et notamment des femmes victimes d'abus sexuels. Elle appelle les autorités congolaises, mais aussi l'ONU, à faire plus pour mettre fin au calvaire de ces femmes et de ces enfants réduits en esclavage.

Une situation qui ressemble étrangement aux filles de Chibok au Nigeria : « On est choqué d’apprendre qu’il y a des jeunes filles qui sont prises comme esclaves sexuelles, et qu’on ne voit une action vigoureuse du gouvernement pour les retirer de là. Nous voyons dans d’autres pays, les gens faire du bruit ou des actions, envoyer des militaires pour aller chercher ces gens qui sont détenus comme esclaves. Mais dans notre pays, on n’entend même pas les médias en parler, on ne voit même pas les ministres en faire leur problème, et au niveau de la présidence, on ne voit pas de déclarations pour dénoncer, pour chercher à les faire sortir de là. ».

Pour Julienne Lusenge, si le gouvernement congolais ne fait rien, la communauté internationale devra aider. Ce sera aussi à l'ONU d'agir.

RFI

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Esclaves sexuelles du Kasaï: la colère de la société civile

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD