EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Afrique : Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités, voici c’est que ressemble l’Afrique après les indépendances

Article

A l'instar du Comorien Azali Assoumani, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution.

Tentatives réussies

- RWANDA: en décembre 2015, les Rwandais ont voté massivement en faveur d'une révision de la Constitution qui a permis à Paul Kagame de se présenter pour un nouveau mandat en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034. La révision a été sévèrement critiquée par les partenaires internationaux du Rwanda, Etats-Unis en tête. Malgré ces critique Paul Kagame restera au pouvoir jusqu’à l’éternité.

-CONGO: en octobre 2015, une nouvelle Constitution adoptée lors d'un référendum boycotté par une grande partie de l'opposition a fait sauter les deux verrous de la loi fondamentale qui interdisaient à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat: la limite d'âge et celle du nombre des mandats. Il a été réélu en mars 2016. Ainsi, Sassou est sûr de lui et a reussi à détruire toute l’opposition.

- BURUNDI: en avril 2015, la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, considérée par l'opposition comme contraire à la Constitution, a plongé le pays dans une grave crise, accompagnée de violences (au moins 1.200 morts).

En mai dernier, les Burundais ont largement approuvé par référendum une réforme de la Constitution permettant à Pierre Nkurunziza de rester en poste jusqu'en 2034. Mais début juin, celui-ci a surpris en annonçant qu'il ne serait pas candidat à sa succession en 2020.Difficile de croire aux propos du satrape burundais.

- ZIMBABWE: une nouvelle Constitution massivement approuvée par référendum en mars 2013 a permis à Robert Mugabe de se porter candidat à la présidentielle, qu'il a remportée. Mais il a été contraint à la démission en novembre 2017, après 37 ans de règne à la tête du pays. Robert, repose toi.

-DJIBOUTI: en avril 2010, le Parlement, entièrement acquis à la cause d'Ismaël Omar Guelleh, a adopté une révision constitutionnelle supprimant toute limitation du nombre de mandats présidentiels. Au pouvoir depuis 1999, Omar Guelleh a pu briguer de nouveaux mandats en 2011, puis en 2016. La fin de ce dictateur sera chaotique.

-ALGERIE: le Parlement a supprimé en novembre 2008 la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux en plébiscitant un projet de révision de la Constitution. Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, a été réélu en 2009 puis en 2014.

-CAMEROUN: en avril 2008, l'Assemblée a adopté une révision constitutionnelle supprimant la limitation du nombre de mandats présidentiels. Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, a été réélu en octobre 2011. Il vient d'annoncer sa candidature à la présidentielle d'octobre pour un septième mandat consécutif. Que veut réellement Paul Biya en restant au pouvoir quand bien même son état physique ne lui permet plus ?

-OUGANDA: une réforme de la Constitution a supprimé en juillet 2005 toute restriction sur le nombre de mandats pour le chef de l'Etat. Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, a été réélu en 2006, 2011 et 2016. Yoweri sera Candidat aux prochaines élections.

-TCHAD: en juin 2005, une révision constitutionnelle adoptée lors d'un référendum controversé a supprimé la limitation à deux quinquennats présidentiels. Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 1990, a été réélu en 2006, 2011 et 2016. L’argent du pétrole lui permet d’acheter des charognards qui lui permettent de s’accrocher au pouvoir.

-TOGO: en décembre 2002, un amendement à la Constitution a fait disparaître la limite de deux mandats présidentiels maximum, permettant à Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967, de briguer un nouveau mandat en 2003. En 2015, son fils, Faure Gnassingbé, qui lui avait succédé après son décès en 2005, a été réélu pour un troisième mandat.

Tentatives avortées

- Au BURKINA FASO, la volonté de Blaise Compaoré de faire modifier la Constitution par le Parlement afin de pouvoir briguer un nouveau mandat après plus de 27 ans de pouvoir a été à l'origine du soulèvement populaire qui l'a contraint à l'exil, fin octobre 2014.

- En ZAMBIE, Frederick Chiluba a vainement essayé en 2001 de changer la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat, mais a dû y renoncer sous les protestations de l'opinion.

- Au MALAWI, le Parlement s'est opposé en 2002 à ce que Bakili Muluzi brigue deux ans plus tard un troisième mandat, auquel l'opposition et les Eglises étaient totalement hostiles.

Enfin, en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, le maintien au pouvoir de Joseph Kabila après l'expiration de son second et dernier mandat fin 2016 a provoqué une crise politique émaillée de violences. Une présidentielle est prévue le 23 décembre 2018, rien ne garantit qu’il ne sera pas candidat.

AFP-EADEV

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Afrique : Constitutions amendées, mandats présidentiels illimités, voici c’est que ressemble l’Afrique après les indépendances

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD