EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : les bases d’une élection libre, démocratique et apaisée largement faussées

Article

Après les déboires de Jean Pierre Bemba fraichement sorti de la prison de la cours pénale internationale à partir de l’aéroport de Ndili jusqu’au camp GB à Kinshasa, Moïse Katumbi Chapwe, candidat déclaré à a présidentielle de décembre 2018, se trouve bloqué à la frontière entre la RDC et la Zambie, plus précisément à Kasumbalesa. Faut-il conclure que quand un Congolais commet un crime en RDC et qu’il a la chance de sortir du pays, le gouvernement s’organise pour l’empêcher à se présenter devant la justice congolaise ? Si Moïse est un fugitif, c’est une belle opportunité pour le gouvernement de favoriser son retour pour qu’il réponde des crimes dont il est responsable !

Empêcher un fugitif qui demande son retour au lieu de crime pour qu’il soit jugé, pose un problème d’éthique et de cohérence dans la gestion d’une société.

L’Article 30, alinéa 2, de la Constitution de la RDC stipule ceci : « Aucun Congolais ne peut être ni expulsé du territoire de la République, ni être contraint à l’exil, ni être forcé à habiter hors de sa résidence habituelle ».

Forcer Katumbi de rester à l’exil pendant qu’on l’accuse d’avoir commis des crimes, relève de l’acharnement qui ne fait qu’augmenter sa popularité. Si des tels actes sont commis avant les élections, nous risquons d’assister à la proclamation des résultats électoraux erronés où personne ne peut s’opposer.

Tous les acteurs politiques congolais, MP surtout, sont invités à la responsabilité pour prévenir les conséquences fâcheuses. Vouloir imposer chaque fois l’ordre des choses, emmène toujours à la dérive. Le pays traverse une période très critique de son histoire, vous êtes appelés à construire la paix et la confiance pour l’avènement d’un Etat des droits en RDC. La RDC sera toujours sous la coupe des Européens et autres, parce les politiques congolais ne comprennent rien du pouvoir et du rôle qu’ils sont appelés à jouer pour le bien-être de tous. Dans un tel environnement, le retour des donneurs des leçons n’est pas exclure parce que les politiques congolais sont incapables de trouver des solutions aux problèmes de leur société dans la dignité.

Les images ridicules qui circulent à travers le monde en rapport avec le Congo, doivent en principe vous interpeller. Personne à travers le monde ne nous prend au sérieux, et pour reconstruire cette image ternie, il nous faudra des dizaines d’années.

Les bases d’une élection crédible et juste sont largement faussées. Parler des élections dans ce contexte, c’est faire preuve d’opportunisme et de manque de réalisme.

La Rédaction, le 03 août 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC : les bases d’une élection libre, démocratique et apaisée largement faussées

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD