EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Rôle des leaders dans le développement socio-économique d’un pays

Article

Introduction

Dans les familles, dans les églises, dans les organisations de base, dans les entreprises nationales et transnationales, dans les institutions internationales, dans les institutions politiques nationales, dans les institutions éducationnelles, etc., la question du leadership se pose avec force.

En effet, parmi tous les biens que possède l'humanité, le leadership est certainement le plus rare et le plus précieux. C’est ainsi que beaucoup de sociétés en Afrique en particulier et dans le monde en général, ont du mal à se développer, faute des véritables leaders.

Le leadership est la capacité d'un individu à influencer, à motiver, et à rendre les autres capables de contribuer à l'efficacité et au succès de la société. Le leadership incarne l'humanisme, il fait promouvoir les valeurs humaines pour le progrès de l’humanité.

Le leader est celui qui aide chacun à réussir ce qu'il est capable de faire, d’établir une vision claire pour l'avenir, d’encourager, de guider, d’entretenir des relations humaines sérieuses et réussies. Il est animé par une vision et a pour projet, la verticalisation humaine.

Le leadership qui démocratise la parole, qui libère le dire, qui crée des lieux d'expression et de sens pour éviter la souffrance de la population est indispensable pour le progrès de l’humanité.

La réussite d'une famille, d’une église, d’une Université et de toute autre organisation est due pour 15% aux compétences techniques et pour 85% aux compétences humaines, à la personnalité et aux qualités du leader. Une société sans leader ou qui a des faux leaders ne peut en aucun cas rêver le développement.

Caractéristiques et outils d’un leader

Les caractéristiques d’un leader sont : (i) le courage d'affronter les difficultés et de donner sa position en disant non à la place de non et oui à la place de oui et non l’inverse, (ii) la patience, (iii) l'intelligence, (iv) l'humilité, (v) le sens de communication, (vi) le charisme, (vii) la vision.

Les outils que doit détenir un leader sont : (i) l’écoute (le leader doit avoir une grande oreille et une petite bouche), (ii) le diagnostic (le leader fait le diagnostic à tout moment à travers l'évaluation pour découvrir les points forts et faibles, (iii) la communication (au sein d’une famille, d’une église et de toute autre organisation, etc. la communication occupe une place de choix, d'autant plus qu'elle est l'organe de régulation et de partage de l'information et de l’expérience), (iv) la motivation (c’est un élément déterminant d'un bon leader pour bien gérer les hommes), (v) l’organisation (le leader doit planifier autour des objectifs prioritaires).

Types de leaders

Selon le Professeur Dieudonné MUSIBONO EYUL’ANKI de la Faculté des Sciences de l’Université de Kinshasa, les leaders sont des personnes physiques ou morales bien avisées, dévouées à la cause communautaire et capables par leur intelligence et sagesse, à anticiper les événements. Ce sont des véritables guides des groupes capables de canaliser les aspirations populaires. D’après lui, il y a trois types de leaders :

(i) Leaders alimentaires primaires qui sont des hommes peu ou pas bien instruits, arrivés aux affaires par l’intrigue. Des hommes bornés qui ne voient que le manger, le sexe et le sang. Ce sont des hommes sans vision, complexés, etc.

(ii) Leaders alimentaires secondaires sont des personnes bien instruites avec souvent des grands diplômes et titres académiques mais qui restent attachées aux mauvaises valeurs (manger, maisons, tribalisme, violence pour défendre le gâteau). Ce groupe est le plus dangereux car très égoïste et souvent sophiste. Ils sont souvent des architectes des systèmes mafieux et du crime organisé qui détruisent le monde. C’est le groupe le plus dangereux car volontairement, ils utilisent leurs savoirs pour nuire la société. Ils ont le cœur fermé à l’amour et à la justice et ne se soucient pas de la souffrance de leurs voisins (peuple).

(iii) Enfin, la 3ème catégorie des leaders alimentaires tertiaires est le groupe des hommes vrais et divins. Altruistes, au service de leurs communautés respectives. Contrairement aux deux premiers, ils ont leur regard tourné vers le haut, c’est-à-dire des valeurs transcendantes de justice et d’amour. Ils sont charitables et savent se sacrifier pour les autres. Ce sont des vrais leaders dont l’Afrique et le monde ont grandement besoin. Malheureusement, les opportunistes ont très vite pris en otage les communautés africaines par tous les moyens : la peur, le mensonge, la corruption, la terreur, etc. Le système de gouvernance MCT est souvent mis en place, c’est-à-dire une gouvernance assise sur le mensonge, la corruption et la terreur.

Conclusion

Les leaders, tout le monde le sait, ont du charisme ce don mystérieux émanant de DIEU, une singularité dont les prophètes possédaient à l’origine. Un Leadership fort, couplé à un management faible n'est guère préférable, si ce n'est pire que l'inverse. Ce qui serait souhaitable est de coupler un leadership fort à un management fort, chacun servant à équilibrer l'autre.

La limite de leadership est qu’à force de compter beaucoup sur un individu, il développe l'orgueil et commence à centraliser le pouvoir, il n'écoute personne, car il sait qu'il est incontournable dans la société. Il utilise ses privilèges non pas pour le bien de la société mais pour renforcer l'égoïsme et sa position sociale. Une société qui n’a pas de leaders éclairés est vouée à la stagnation ou à la régression.

Article rédigé sur base de la réflexion du Professeur Dieudonné MUSIBONO EYUL’ANKI (Email : musibon.ergs@gmail.com).

La rédaction

Fait à Kinshasa, le 26 octobre 2017

Références

Ababa Ekula G.J., 2007. Le leadership et le phénomène du pouvoir dans l'organisation. ISM Dakar - Diplôme supérieur de gestion.
Musibono Eyul’Anki D., 2017. Le paradoxe congolais : ressources naturelles impressionnantes et indigence sociale inquiétante ; Pourquoi et que faire ?

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Rôle des leaders dans le développement socio-économique d’un pays

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Kimbeni Marie-Claire
|| 08/01/18 - 02:01:44
|| 08/01/18 - 02:01:03
|| 08/01/18 - 02:01:06
eric
bjr et merci pour ce bel article. la rdc a la malchance de na pas avoir de bons leaders. kiadi mingi || 29/10/17 - 08:10:49
Jacson
La RDC n'a pas de vrais leaders, la preuve est que le pays ne sait même pas avancer d'un seul pas. Merci au Pr MUSIBONO pour sa réflexion. Nos Universités ne marchent par manque de leaders comme Monseigneur Luc Gillon. Merci EADEV || 26/10/17 - 08:10:08
CABD