EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo : des millions de dollars investis pour quels résultats ?

Article

Le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo dont le coup d’envoi avait été donné le 15 juillet 2014, avait suscité beaucoup d’espoir chez certains congolais caractérisés par l’esprit d’applaudir vite et de critiquer vite. Ce parc incarnait lors de son inauguration le grenier agricole de la RDC, l’oubli de l’esprit de la cueillette et s’inscrivait dans l’objectif selon le Gouvernement, d’atteindre une croissance agricole inclusive, de booster l’économie congolaise et de moderniser le secteur agricole de la RDC. De très belles ambitions mais non réalisables sur le terrain.

On annonçait aussi que le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo fait désormais partie des livres d’histoire de la RDC et du continent africain. La question importante que se posaient certains observateurs présents était de savoir : comment une entreprise qui n’a encore rien produit peut-elle déjà entrer dans l’histoire de tout un continent ? La présence de tracteurs et d’autres équipements agricoles sophistiqués sans oublier les discours politiques suffisent pour booster l’économie d’un pays ?

Le programme d’activités du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo s’articulait autour de deux phases dont la première consistait à la production de légumes et de cultures vivrières : maïs, haricot, soja, etc. La seconde phase visait notamment la production animale avec le poulet de chair, du poisson, les œufs, de la viande, etc.

Quant aux investissements réalisés et à réaliser, on indiquait que 200 km de routes et une piste d’aviation sont déjà aménagés à l’intérieur du parc, 250 tracteurs étaient sur le site, un système d’irrigation couvrant 1000 hectares aménagés, une usine de bois opérationnel installée, une usine de caillasse et d’un système interne de purification d’eau installée aussi. Le Parc serait doté d’un atelier d’entretien d’avions modelé en standard international : « Le temps est venu pour transformer l’agriculture congolaise ».

Pour son lancement le 15 juillet 2014, le gouvernement congolais avait mobilisé une enveloppe financière de 83 millions de dollars sur fonds propres (53 millions de dollars pour la mise en production du site, une trentaine de millions de dollars pour la production et la distribution d’électricité sur le site). Cet engagement financier traduisait la volonté du gouvernement pour que l’agriculture soit à la fois un levier de croissance économique et un secteur qui contribue au mieux-être des populations tempêtait un responsable du parc.

En ce qui concerne le foncier, près de 80 000 hectares étaient mobilisés. Les investissements d’accompagnement prévus devraient comprendre l’énergie, les transports, le logement, l’eau, les centres de formation agricole, les écoles, les centres de santé et les infrastructures communautaires.

Pour ce qui est de la gestion du parc, un consortium sud-africain, Africom, avait été mandaté pour gérer le site dans le cadre d’un contrat de gestion en partenariat avec les coopératives constituées avec les communautés villageoises. Il s’agissait apparemment d’un exemple type d’un partenariat public-privé.

Résultats obtenus

Après une longue campagne médiatique au tour du parc agroindustriel, certes, des cantines pour la vente des produits ont été installés à travers les communes de la ville de Kinshasa et quelques ménages ont été servis en farine de maïs, etc. Les agents propagandistes de cette action n’ont pas hésité d’affirmer que le maïs produit à Bukanga Lonzo avait le gout du lait, c’est qui est une bonne chose pour la santé de la population.

Le parc devrait selon le gouvernement réduire les importations alimentaires dont les dépenses s’élèvent à plus de 1,5 milliards de dollars par an et la pauvreté, assurer la croissance du sous-secteur vivrier qui devrait avoir un grand impact positif sur les conditions de vie des femmes et des populations rurales avec notamment la création des emplois et l’augmentation de la productivité agricole.

Il faut avouer que les agents du site www.eadev-agro-congo.com dépêchés sur le terrain depuis le mois de septembre 2017 pour avoir une idée nette sur l’approvisionnement des cantines avec du maïs au lait, ont eu de la peine pour se retrouver, la suite est connue.

Les résultats sur le terrain en rapport avec les annonces faites par les responsables du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo montrent des effets contraires : le chômage, la paupérisation des communautés locales, l’accès difficile au parc, l’absence d’indemnisation des communautés locales, le sous-emploi des communautés locales dont 99% des employés viennent d’ailleurs, pas d’infrastructures communautaires, etc.

Les moyens investis (83.000.000 USD) pour la mise en place du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo pouvaient servir à la construction et à l’équipement de près de 2371 fermes agricoles (coût moyen d’une porcherie ou d’un poulailler : 35 000 USD). Avec un minimum de 10 emplois par ferme, le nombre d’emplois directs crées serait de 23 710. Voilà une manière très simple et idéale de lutter contre le chômage des jeunes en République Démocratique du Congo sans oublier les effets d’un tel projet sur l’ensemble des personnes impliquées dans la filière, l’éducation des enfants, etc.

Il faut aussi noter que toutes les revendications des travailleurs en rapport avec la signature des contrats stables étaient accompagnées des sanctions : révocations, etc. Il s’agit là d’une entorse au code du travail.

Quelques pistes de solutions

Les actions de développement ne doivent pas être confondues à des propagandes politiques, car le développement à des exigences qui sont au-delà des simples actions de publicité.

Le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo ayant montré ses limites : pas d’emplois pour les jeunes, accaparement des terres agricoles villageoises sans indemnisation, paupérisation accentuée des communautés locales, pas de réduction d’importations alimentaires, rareté des produits provenant du parc sur le marché, etc., les objectifs du parc doivent être redéfinis au regard des résultats médiocres observés sur le terrain.

Voici les quelques pistes de solutions pour la durabilité du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo :

  • Redéfinir les objectifs du parc en se focalisant sur les cultures maraichères et l’élevage (poule, canard, porc) ;
  • Installer les unités de transformation des produits provenant de l’agriculture familiale ;
  • Restituer aux communautés locales près de 80% des terres accaparées par le parc ;
  • Réduire la taille (nombre) de machines agricoles dont la rentabilité n’est pas certaine ;
  • Retrait du gouvernement comme partenaire ; il s’agit en d’autres termes de la vente des parts sociales de l’Etat dans cette entreprise : la mission de l’Etat n’est plus celle de produire mais de contrôler et de subventionner les producteurs. L’Etat maçon, l’Etat agriculteur, l’Etat mécanicien, etc., n’a plus de place dans ce monde moderne ;
  • Favoriser la main d’œuvre locale en cas d’engagement du personnel et renforcer la capacité des agriculteurs de la région ;
  • Mettre fin aux publicités politiques dans un projet de développement agricole.

Conclusion

Les résultats obtenus depuis le lancement du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo ne sont pas à la hauteur des moyens investis. Le plus grand échec du parc est de ne pas lutter suffisamment contre le chômage et la pauvreté dans la région. Un projet de développement qui n’apporte aucune solution au problème de la société est condamné à la disparition.

Les efforts nécessaires doivent être fournis dans le sens de redéfinir les objectifs du parc tout en veillant à la sécurité sociale, économique et environnementale des communautés locales. Un projet de développement n’est pas une Fédération d’un parti politique, il doit être géré de façon professionnelle pour qu’il soit rentable et au service de la collectivité. Des actions de nature à plaire aux caméramans , photographes et journalistes doivent être abandonnées pour des actions de durabilité du projet.

Le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo doit devenir un outil réel de lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes au niveau local, et un instrument de promotion de développement économique et social dans la région.

Fait à Kinshasa, le 05 novembre 2017

La Rédaction

Références bibliographiques

La voix du paysan congolais, 2017. Débat autour du Parc Agro-industriel de Bukanga-Lonzo : « Il faut repenser la politique des Parcs Agro-industriels pour qu’ils profitent réellement aux populations », propose la CONAPAC. Bimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo.

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Le parc agroindustriel de Bukanga Lonzo : des millions de dollars investis pour quels résultats ?

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Kimbeni Marie-Claire
|| 06/01/18 - 05:01:33
Valère IBALANSAMBA
Le Gouvernement fait des histoires sans toutes fois consultés les experts(scientifiques) au domaines,juste pour impressionner les gens... Zéro Bukanga Lonzo || 06/11/17 - 09:11:47
Yves nkangu
terres arables allais-Je écrire. mes plates excuses. || 06/11/17 - 07:11:58
Yves nkangu
Lorsque dans un pays Où on veut tous philosophier , les résultats obtenus sont toujours mediocres. A quoi bon de donner la gestion du parc aux étrangers? aussi simple que la première université du pays est proche du site. n'est- ce pas que les éminents professeurs ont intervenu dans le choix du site ? j'ai suivi le Pr MINENGU sur radio okapi dire non au site pour ses caractéristiques physico- chimiques de peur que l'investissement soit à outrance, on peut trouver un autres site comme à luozi dans le kongo-central par exemple même ailleurs parce qu'il y a 35% de terres stables en Rd Congo sur la superficie totale du pays seulement 10% sont exploitées traditionnellement aussi. D'ailleurs on n'en parle plus. c'est vraiment décevant avec un tel montant investi || 06/11/17 - 07:11:17
jacson
merci pour ces articles qui nous éclairent. des millions investis dans zéro résultat. || 05/11/17 - 06:11:37
jacson
merci pour ces articles qui nous éclairent. des millions investis dans zéro résultat. || 05/11/17 - 06:11:51
CABD