EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

L’Université congolaise doit former une élite de qualité débarrassée des tares pour le développement du pays

Article

L’inconscience qui continue de gangrener la société universitaire de la République Démocratique du Congo détruira pour des années, les bases du développement de notre pays. L’université est le miroir de la société, lorsqu’elle reste plongée dans des tares, elle hypothèque l’avenir du pays parce qu’elle produit une élite corrompue et incapable d’acquérir des valeurs morales nécessaires au développement du pays. Lorsque l’université délivre des diplômes fantaisistes aux personnes non qualifiées, des distinctions aux étudiants n’ayant assisté en aucun cours pour des raisons de syllabus, de sexe, d’argent ou de position politique, elle se transforme sans une autre forme de procès, à un établissement toxique et très dangereux pas seulement pour le pays mais pour l’humanité.

Les Recteurs, les Directeurs généraux, les Doyens des facultés, les Chefs des départements/sections, les Aumôniers universitaires, etc. sont invités, chacun en ce qui le concerne, à prendre des dispositions nécessaires pour éradiquer ces pratiques. C’est ici aussi le lieu d’interpeller l’ensemble de l’élite, s’il en existe encore, à la responsabilité pour éviter le pire à notre société.

L’expérience a montré que l’apprenant copie à plus de 75% le comportement de ses enseignants. « Tel père tel fils et telle mère telle fille ». Qu’elle élite peut former une université composée en partie des enseignants corrompus et sans valeur morale ? La réponse est claire, elle ne formera que des corrompus, des tricheurs, des charognards, des criminels, etc.

Le syllabus, le fascicule, le sexe, l’argent, la position politique de l’apprenant, etc. ne doivent pas être des conditions pour la réussite des apprenants. Si nous ne changeons pas de paradigme, la RDC aura beaucoup de diplômés mais incapables d’amorcer une action de développement. Dans notre article : la responsabilité de l’élite dans la débâcle de la RDC, il a été démontré que le développement d’un pays n’est pas forcément lié aux ressources naturelles qu’il regorge, mais bien par la qualité de ses élites. D’où l’intérêt pour l’université congolaise de former une élite de qualité débarrassée des tares pour le développement de notre pays.

Mersei Matondo, le 18 septembre 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

L’Université congolaise doit former une élite de qualité débarrassée des tares pour le développement du pays

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD