EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC-Kinshasa : la responsabilité sociale, politique et économique de l’Etat congolais dans le phénomène UJANA – Filles des rues

Article

On ne doit pas aller s’inscrire à la Facultés des Sciences Sociales, politiques et Administratives ou à la Faculté de Droit pour comprendre que le phénomène UJANA, filles de rue, est la conséquence de l’irresponsabilité sociale, politique et économique de l’Etat congolais.

1. Tout le monde le dit, la jeunesse, c’est l’espoir de demain et l’Etat congolais a l’obligation de la protéger. Quelle est cette protection sociale que tous ceux qui se font appeler dirigeants ont mise en place vis-à-vis de la jeunesse ? L’école, lieu de formation des futurs cadres de demain, s’est transformée à un magasin où seuls les plus riches peuvent y accéder. La gratuité de l’enseignement consacrée dans la constitution n’a jamais connu un seul début d’application. Cela s’appelle Respect de la Constitution ? Peut-être en RDC !

Les parents, les premiers gardiens de la jeunesse ont été dépouillés de tout : chômage, salaires toxiques, absence de logement, arriérés des salaires, etc. Dans ces conditions, les enfants et en particulier les filles en âge de puberté échappent à tout contrôle des parents dépourvus de moyens nécessaires pour assurer l’éducation des enfants.

2. Tout le monde le sait et le dit, il y a une mauvaise répartition des richesses en République Démocratique du Congo. Les salaires des hommes politiques dans un pays dont le budget ne dépasse pas 5 milliards de dollars étonnent l’humanité toute entière. Les hommes politiques RDCongolais n’ont rien à envier à un prince de l’Arabie Saoudite, des patrons qui vivent sur la misère de la population. Il est normal que dans pareilles circonstances, que les enfants des victimes de cette mauvaise répartition des ressources se trouvent sur la rue pour avoir du pain, c’est le cas des filles UJANA.

3. Tout le monde le sait et le répète, une gouvernance politique basée sur la violence et la dictature, ne peut créer des conditions pour le bien de tous. On ne peut s’attendre a avoir une jeunesse responsable dans un pays où les principes démocratiques sont foulés au pied.

La construction d’un Etat démocratique où tout le monde a droit à la vie comme les hommes politiques dans le respect du droit est la condition essentielle pour mettre fin au phénomène UJANA.

La responsabilité de l’Etat congolais est clairement établie et doit cesser de s’en prendre aux jeunes filles UJANA, victimes de la mauvaise gouvernance du pays. La famille est déconstruite en RDC, les parents sont dépourvus de tout par la classe politique corrompue et sans cœur, et sont dans l’incapacité d’assurer un avenir meilleur à leurs enfants. La traque policière des filles UJANA doit laisser la place à la sensibilisation et aux efforts de construction d’un Etat démocratique.

La Rédaction, le 28 septembre 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC-Kinshasa : la responsabilité sociale, politique et économique de l’Etat congolais dans le phénomène UJANA – Filles des rues

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Denisette Esther Lufungula
les jeunes sont les espoirs de demain, le gouvernement doit vraiment prendre ses responsabilités pour ce phénomène qui est au top voir même à l'intérieur du pays, il est temps de récupérer cette jeunesse qui servira demain donc nous aussi les jeunes filles comportons nous bien pour que demain on soient les espoirs là dont l'adage ne cesse de le répéter ,les parents aussi respecter vos droits de l'éducation pour récupérer les enfants qui veulent devenir ujana,merci chère rédaction || 26/10/18 - 06:10:55
CABD