EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

L’ingénierie génétique et la sécurité alimentaire

Article

Le génie génétique implique la modification délibérée des caractéristiques ou du matériel génétique d’un organisme. Les deux applications les plus courantes du génie génétique en agriculture concernent les cultures conçues pour être tolérantes aux herbicides et aux insectes. D’autres modifications génétiques à venir visent d’autres objectifs tels que la tolérance à la sécheresse et l’amélioration de la valeur nutritionnelle grâce à la «bio-fortification».

La deuxième génération d’ingénierie génétique s’éloigne de la modification transgénique (combinant des caractères génétiques d’espèces différentes) pour l’édition de gènes (interférant avec la constitution génétique d’une espèce cible). La dernière tendance en matière de génie génétique est ce que l’on appelle les mécanismes génétiques, où des modifications sont apportées à des organismes, p. Ex. les moustiques, qui sont ensuite libérés pour infecter d’autres membres avec des caractéristiques d’infertilité ou d’extinction afin de tuer l’espèce entière. De nouvelles technologies apparaissent également pour créer de nouveaux organismes utilisant la biologie synthétique.

Dès le début, les OGM ou les cultures génétiquement modifiées ont suscité de nombreuses controverses, notamment en ce qui concerne la sécurité sanitaire des aliments, les risques pour la santé, les dommages environnementaux et l’affaiblissement des droits des producteurs à déposer des brevets.

Malgré un développement croissant des OGM sur le marché, la faim n’a pas disparu et des millions de personnes à travers le monde sont toujours plongées dans l’insécurité alimentaire.

Les applications du génie génétique en agriculture semblent conduire à l’uniformisation de la diversité biologique et menacer les débouchés économiques des pays en développement. Le génie génétique semble remettre en cause l’indépendance du monde paysan. Il est perçu comme transgresseur des précautions individuelles de la protection de la santé et des principes moraux ou religieux.

L’étiquetage, la traçabilité et la séparation des filières commerciales entre produits agricoles ordinaires et produits agricoles à base d’OGM, sont présentés comme les premiers balbutiements d’un droit naissant. À l’international, l’adoption du principe de précaution dans le Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques ouvre les portes à un étiquetage clair des OGM.

La Rédaction, le 01 octobre 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

L’ingénierie génétique et la sécurité alimentaire

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD