EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école et les enseignants dans l’indigence sociale inquiétante

Article

Journée internationale des enseignants : le droit à l'éducation signifie le droit à un enseignant qualifié.

« L’éducation est le défi du siècle », a affirmé vendredi la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, à l’occasion de la Journée internationale des enseignants.

Selon l’UNESCO, aujourd’hui quelques 260 millions d’enfants ne vont pas à l’école et plus de 600 millions d’élèves n’acquièrent pas les savoirs fondamentaux même lorsqu’ils y vont.

« Le droit à l’éducation, c’est aussi le droit à un enseignant qualifié », a déclaré Audrey Azoulay, ajoutant qu’elle rendait hommage aux enseignants du monde entier qui peuvent être fiers de « donner aux enfants un bagage pour l’avenir et ainsi leur permettre de devenir maîtres de leur destin ». [Dans l'est de l'Ukraine les murs des écoles sont impactés par les balles, les salles de classe sont protégées par des sacs de sable et les sous-sols ont des bunkers pour protéger les enfants des tirs d'artillerie.]

« Ce bagage, ce sont des savoirs, des valeurs, des compétences et surtout un sens critique et une créativité qui leur permettront de naviguer dans un monde marqué par des bouleversements de tous ordres, qu’ils soient technologiques ou environnementaux. Qui leur permettront d’apprendre à apprendre tout au long de leur vie » a continué la Directrice générale de l’UNESCO.

Elle a appelé à recruter, à former et à soutenir davantage les enseignants

« Pour donner accès à tous les enfants et les jeunes à une éducation de base, il faudrait 69 millions d’enseignants supplémentaires. Chaque enseignant doit pouvoir acquérir les capacités et les outils pour enseigner les savoirs fondamentaux, mais aussi maîtriser de nouvelles compétences dans le numérique, le développement durable, la citoyenneté mondiale ou encore la prévention de l’extrémisme », a précisé Mme Azoulay.

Elle a fait part de sa pensée « pensée toute particulière » pour celles et ceux qui exercent leur métier dans des situations difficiles, d’urgence et de conflit, ainsi que dans des zones défavorisées et reculées.

Pour la cheffe de l’UNESCO valoriser l’enseignement est non seulement un enjeu éducatif, mais aussi un enjeu de société.

Cri d'alarme pour les enseignants au Yémen

Le violent conflit qui sévit au Yémen porte gravement atteinte à l'éducation de millions d'enfants à travers le pays et à de lourdes conséquences sur les enseignants, ont affirmé par ailleurs dans un déclaration conjointe Education Cannot Wait, le Partenariat mondial pour l'éducation, l'UNESCO et l'UNICEF.

Depuis 2015, au moins un demi-million d'enfants ne peut plus aller à l'école à cause de la guerre, et 3,7 millions d’autres enfants risquent de rater l’année scolaire en cours si les enseignants ne sont pas rémunérés.

À l'occasion de la Journée mondiale des enseignants les agences ont appelé à la reprise du paiement des salaires des 145 000 enseignants yéménites, qui enseignent aux enfants dans des circonstances extrêmement difficiles et qui mettent leur vie en danger.

De nouveaux retards dans le paiement des enseignants risquent d’entraîner l'effondrement du secteur éducatif et avoir des répercussions sur des millions d'enfants au Yémen, les rendant ainsi plus vulnérables au travail, au recrutement par les groupes armés, au trafic, aux abus et au mariage précoce.

Les enseignants qui ne reçoivent pas de salaire régulier depuis deux ans ne peuvent plus subvenir à leurs besoins les plus élémentaires et sont contraints de chercher d’autres sources de revenus pour subvenir aux besoins de leurs familles.

La communauté internationale doit s'unir pour mettre fin à la violence à l'encontre des enfants au Yémen et protéger leur droit à l'éducation et à un avenir meilleur.

ONU INFO

Vous pouvez télécharger le programme ici :

RDC : beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école et les enseignants dans l’indigence sociale inquiétante

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD