EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Afrique : pour mettre fin à la pauvreté, il faut diminuer le poids insoutenable de la dette

Article

Deux camps ont émergé après le Sommet du Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC) à Beijing en 2018, où 53 pays africains étaient représentés. Certains se sont félicités de l’opportunité de mobiliser des investissements pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté. D'autres se sont concentrés sur le piège croissant de la dette. Selon un point de vue plus équilibré, le partenariat Chine-Afrique pourrait aider l’Afrique à atteindre ses objectifs de développement durable si l’accent était mis sur les priorités du continent et si la relation était fondée sur l’égalité, le respect mutuel et le bénéfice mutuel.

Cela implique que la dette doit générer un retour sur investissement élevé pour que l'Afrique puisse réaliser son aspiration à la prospérité "basée sur une croissance inclusive et un développement durable" et "un développement durable dans ses trois dimensions - économique, sociale et environnementale - de manière équilibrée et intégrée ” tels qu'ils sont énoncés dans l'Agenda 2063 et l'Agenda mondial pour le développement durable à l'horizon 2030.

Cependant, nous ne connaissons pas encore de manière précise le coût réel de l’augmentation de la dette pour que les décideurs adaptent leurs actions en vue d’investissements durables financés par la dette. C’est la raison pour laquelle nous menons des recherches, en plaçant les personnes au centre, afin de révéler les liens entre dette et développement humain durable. Cette approche intégrée identifie des flux d’investissement réduits, une transformation structurelle faible et un développement inégal comme des moyens permettant à la non-viabilité de la dette de ralentir la transformation de l’Afrique. De plus, l’augmentation de la dette amplifie les risques d’investissement, entrave la diversification de l’économie et compromet les investissements en capital humain.

Volatilité et risques accrus

La plupart des pays africains accumulent des dettes pour d'importants investissements dans les infrastructures (PDF). Depuis 2011, la part de la dette dans le PIB a considérablement augmenté à la suite des précédentes baisses de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). En 2018, la dette brute de l’Afrique exprimée en pourcentage du PIB était passée de 38% en 2011 à 37% (FMI), ce qui comprend beaucoup plus de dette à court terme et jusqu’à 68% à des conditions non concessionnelles.

L’augmentation de la dette n’a pas encore transformé les économies. L'augmentation de l'endettement est associée à une valeur ajoutée manufacturière plus faible - moins d'emplois lucratifs. L’industrie manufacturière représente moins de 10% du PIB de l’Afrique, contre 16% en moyenne mondiale et 23% en Asie de l’Est et dans le Pacifique (WDI, 2018). Certains pays ayant les plus hauts niveaux de dette publique en pourcentage du PIB - Cabo Verde, Gambie, République du Congo, Mozambique et Sao Tomé-et-Principe - ont le moins de secteur manufacturier.

Un espace fiscal limité

La hausse des remboursements de la dette réduit également l’espace budgétaire déjà menacé par une faible mobilisation des ressources nationales. Cela limite les dépenses publiques de santé et d'éducation, qui ne représentent respectivement que 1,8% et 4,3% du PIB entre 2010 et 2017 (WDI, 2018). En 2015, les dépenses totales de santé en Afrique subsaharienne ne représentaient que 5,4% du PIB, contre une moyenne mondiale de 9,9%, 9,3% en Europe et en Asie centrale et 7% en Asie de l'Est et en Amérique latine (WDI, 2018).

Opportunités d'investissement manquées

Les pays fortement endettés semblent consacrer moins de ressources publiques aux investissements de transformation à long terme. Dix-huit pays africains n'ont fourni que 0,3% de leur PIB à la R&D, contre 1,7% pour les dépenses militaires entre 2010 et 2017 (WDI, 2018). Le Kenya, le Maroc, l'Afrique du Sud et la Tunisie ont consacré entre 0,7 et 0,8% de leur PIB à la recherche et développement, contre 2,4% en Asie de l'Est et Pacifique, 1,8% en Europe et en Asie centrale et une moyenne mondiale de 2% (WDI, 2018).

Une meilleure gestion de la dette pourrait stimuler le développement

Pour passer de la dette croissante à des investissements durables qui éliminent la pauvreté sous toutes ses formes, le PNUD aide les pays africains à renforcer leurs capacités de gestion de la dette, notamment en gérant les ressources diversifiées en tenant compte des risques. Deuxièmement, nous travaillons à aller au-delà du financement traditionnel par emprunt pour encourager l'investissement privé à long terme et avoir un impact sur l'investissement et exploiter les envois de fonds. Enfin, nous travaillons au renforcement de la gestion des finances publiques, à la mobilisation des ressources nationales et à l’élimination des flux financiers illicites.

PNUD

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Afrique : pour mettre fin à la pauvreté, il faut diminuer le poids insoutenable de la dette

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD