EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

LA SENSIBILISATION : OUTIL D’ADAPTATION ET DE LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN RDC

Article

Introduction

Le 10ème principe de la Déclaration de RIO (1992) stipule que : « Les questions environnementales doivent être abordées avec la participation de tous les citoyens concernés. Chaque individu doit accéder à l’information relative à l’environnement que détiennent les autorités publiques, y compris les activités, et avoir la possibilité de participer au processus de prise de décision ».

La RDC s’est engagée dans un processus d’adhésion et de ratification d’un nombre important de conventions, accords et traités internationaux en matière de l’environnement, mais il y a lieu de noter que l’information sur ces engagements, ne se limite qu’à une représentation restreinte de tous les acteurs concernés.

L’article 53 de la Constitution de la République Démocratique du Congo consacre le droit pour chaque citoyen de jouir d’un environnement sain et lui incombe le devoir de le défendre. En effet, en RDC, les problèmes liés à la mauvaise gouvernance environnementale s’accroissent toujours, menacent de plus en plus le cadre de vie, affectent dangereusement la biodiversité et alimentent le changement climatique.

L’absence d’une politique cohérente en matière d’environnement, l’insuffisance des cadres d’échange d’informations et de sensibilisation, constituent un obstacle à une gestion efficace de l’environnement et à la contribution de l’ensemble des acteurs à la lutte contre la dégradation de l’environnement en RDC.

Trouver des moyens innovants de sensibiliser tous acteurs concernés, reste l’un des principaux enjeux auxquels la RDC doit faire face pour permettre à la population de s’adapter et de lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

Objectifs de la sensibilisation

Les objectifs de la sensibilisation sont entre autres :

-Fournir aux communautés affectées, des informations précises et détaillées sur les mesures d’adaptation et de lutte contre la dégradation de l’environnement ;

-Encourager la participation des communautés locales aux activités de protection de l’environnement (gestion durable des forêts et des eaux, salubrité, etc.) ;

-Donner suite aux préoccupations et attentes exprimées d’une manière générale par les communautés affectées aux impacts de dégradation de l’environnement et des groupes particuliers au sein de ces communautés ;

-Promouvoir l’accès des communautés affectées aux différents mécanismes financiers carbone (MDP, REDD, etc.).

Outils pédagogiques pour la sensibilisation environnementale

Il n'existe en RDC, aucun texte juridique explicite sur l'éducation et l'information environnementales qui contribuerait, par la formation, à la préservation de l’environnement.

Les outils multimédias représentent un instrument important dans ce contexte malgré le coût élevé pour la diffusion ou la publication des informations. Des supports visuels à l’instar des images, photos, affiches, posters et bandes dessinées, devraient occuper une place de choix dans la sensibilisation afin d’atteindre une part importante de la population congolaise dont le niveau d’instruction est généralement faible.

En effet, les photos et les dessins attirent le regard, mobilisent l’attention et participent à la construction des représentations mentales. Les panneaux publicitaires peuvent également être mobilisés à des endroits stratégiques pour la sensibilisation.

L’utilisation d’outils didactiques, des ouvrages classiques, des journaux, des magazines, des dépliants et des guides pédagogiques sur l'éducation environnementale, ainsi que la création des sites Web, s’impose afin d’informer et de sensibiliser les acteurs concernés sur les enjeux des changements climatiques en particulier et de la dégradation de l’environnement en général.

Des supports sonores : sketches, théâtre, concert... et les visites des différents lieux d'attraction historique, culturelle et touristique peuvent aussi servir d’outils de sensibilisation à la dégradation de l’environnement.

L’organisation des ateliers de formation, des séminaires, des conférences et des visites guidées afin de véhiculer le message sur la dégradation de l’environnement, aideraient les acteurs concernés, à changer de comportement par rapport à leur environnement et à accorder une attention soutenue aux problèmes de sa dégradation.

Au niveau de l’enseignement universitaire et supérieur, les aspects liés à l’environnement devraient être renforcés. Aussi, des besoins en renforcement des capacités des acteurs de la société civile (ONG, Associations, etc.), sont cependant requis pour soutenir l’effort de la sensibilisation, de la diffusion et de l’information en matière de l’environnement.

La mise en œuvre d’autres types d’activités de sensibilisation, adaptées aux différentes traditions et cultures nationales est d’une importance capitale.

Stratégies de sensibilisation environnementale

Le programme de sensibilisation sur l’environnement doit consister en une série de mesures visant à garantir la pleine participation de la population ainsi que les autres acteurs de la société civile aux questions liées à l’environnement en général et au changement climatique en particulier.

Des informations sur les enjeux environnementaux doivent être traduites, dans la mesure du possible, dans toutes les langues locales. Des traductions des Conventions, protocoles et accords ratifiés par la RDC sont également nécessaires.

L’objectif de ces initiatives est d’emmener surtout les différentes communautés locales, à prendre conscience des enjeux de dégradation de l’environnement et de réfléchir sur les mesures d’adaptation et de lutte.

L’une des difficultés principales dans la diffusion des informations aux communautés locales, est l’absence d’un réseau en matière d’environnement opérant sur le terrain. Bien que le Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme dispose des services dans les différents coins du pays, cette présence est surtout limitée aux centres urbains.

Etapes d’une campagne de sensibilisation environnementale

Les principales étapes d’une campagne de sensibilisation sont :

1. Mettre sur pied un comité de campagne : le comité doit être composé de dix personnes environs, et au-delà de ce nombre, il est important de créer des sous-comités afin que le travail soit plus efficace.

2. Bien comprendre le problème auquel on doit s’attaquer : avant de définir les objectifs, il est toujours recommandé de bien comprendre le problème en cause. Quel est le problème? Quels sont les impacts dans le milieu? Qui sont les personnes concernées par ce problème?

3. Définir les objectifs : examinez les buts qu’on souhaite atteindre afin de déterminer des objectifs appropriés pour le projet de sensibilisation. Il faut garder toujours à l’esprit que les objectifs doivent être réalistes et mesurables, pour connaître l’impact de la campagne.

4. Chercher des experts en la matière : parfois, il n’est pas toujours facile de bien cerner les enjeux liés à la dégradation de l’environnement ; ainsi, il est nécessaire de se renseigner davantage auprès de ceux qui étudient la question (Faculté des Sciences Agronomiques, Département d’Environnement de la Faculté des Sciences, Experts du Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, etc.).

5. Choisir un concept simple et mobilisateur : il est important d’identifier un slogan correspondant à vos objectifs. Toutes les idées peuvent être imaginées et le Comité de campagne devra par la suite procéder à la sélection des thèmes selon les objectifs fixés. Il est aussi extrêmement important que le message de campagne soit illustré, il faut alors faire appel à un artiste pour qu’il vous propose quelques maquettes. Pour que votre campagne de sensibilisation ait une grande audience, il ne faut surtout pas oublier de faire référence à la santé publique.

6. Créer des partenariats : pour relever le défi d’une campagne de sensibilisation efficace, il faut l’implication d’une multitude d’acteurs : les familles, les écoles, les entreprises, les institutions publiques, etc. Il est donc recommandé, de contacter ces gens afin que le projet ait le maximum d’impacts.

7. Faire la promotion de la campagne par le biais de différents outils de communication : la prévention de l’environnement passe par des changements majeurs de comportements. Il faut bien sûr du temps pour faire évoluer le mode de vie, mais aussi, veiller à répéter le message. Il faut varier les méthodes utilisées pour s’assurer de rejoindre le plus grand nombre de personnes.

Quels que soient les outils d’information élaborés et les médias utilisés, rien ne remplacera la relation humaine « sur le terrain ». Ainsi, la campagne de sensibilisation a besoin d’une équipe dynamique qui devra être en contact avec le public cible.

Conseils pratiques pour la réussite d’une campagne de sensibilisation

Pour que votre campagne de sensibilisation soit fructueuse, ces quelques conseils pratiques sont nécessaires :

-Surprendre est un moyen pour accrocher l’attention ;

-Avec l'accord de votre direction de campagne, faites plusieurs messages à l’interphone destinés à alimenter la campagne de sensibilisation ;

-Lorsque toute l'opération est terminée, faites parvenir vos commentaires et vos suggestions à l’autorité locale pour que les autres structures puissent bénéficier de vos résultats ;

-Faites rayonner votre expérience dans la région.

Conclusion

La sensibilisation vise à fournir des informations et à faire mieux comprendre aux communautés locales, les enjeux liés aux changements climatiques et à rendre les stratégies de lutte et d’adaptation accessibles pour tous. Mais, il faut admettre que le chemin à parcourir reste encore long pour amener le grand public à participer pleinement et correctement à la recherche des solutions environnementales liées à la protection des forêts et de la biodiversité, à la promotion des énergies renouvelables, à la gestion durable des déchets, etc.

La paupérisation des communautés locales, l’absence des structures viables d’accompagnement environnemental et de cadre réglementaire, empêchent la population à participer pleinement à la lutte contre la dégradation de l’environnement.

Il appartient aux acteurs de la société civile et au pouvoir public congolais, de mettre sur pied un cadre institutionnel cohérent et adaptable, en vue de faciliter la participation active de tous acteurs concernés, aux questions liées à la protection de l’environnement.

La rédaction, le 30 octobre 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

LA SENSIBILISATION : OUTIL D’ADAPTATION ET DE LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN RDC

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD