EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Université de Kikwit –RDC, province du Kwilu : la défense des mémoires s‘est transformée en un champignonnant de boxe

Article

En date du 30 octobre 2018, deuxième jour de la soutenance de mémoires pour les étudiants de la faculté d’agronomie de l’Unikik, le débat scientifique a cédé la place à un échange de coups et d’insultes.

Que s’est-il passé ? Conformément au programme établi par le président du jury désigné par le Recteur, le Professeur Tiarina Mess, 10 minutes étaient prévues pour l’exposé des étudiants et 5 minutes pour chacun des 3 intervenants (les deux lecteurs et le directeur du mémoire), soit au total 25 minutes par étudiant.

Lorsque vient le tour du deuxième étudiant, le président du jury, le professeur Tiarina a pris à lui seul 15 minutes pour questionner l’étudiant. Le deuxième lecteur, le professeur Lubalega, n’a pu que libérer l’étudiant en ces termes : « monsieur l’étudiant, je constate que le président du jury, le professeur ordinaire Tiarina, a déjà consommé toutes les 15 minutes prévues. Je n’ai plus rien à ajouter et je vous libère donc avec mes félicitations ». Les deux professeurs étaient assis côte à côte. Piqué par cette déclaration, le président du jury s’est levé et a donné une gifle au professeur Lubalega tout en le couvrant d’injures telles que : « imbécile ! », et autres. Il a aussi intimé l’ordre au professeur Lubalega de sortir de la salle, ordre auquel ce dernier a refusé d’obtempérer. Quelques membres de l’assistance se sont interposés pour séparer les pugilistes.

Appelé par le professeur NKWIMI, directeur de mémoire de l’étudiant concerné, le recteur est venu et a présenté les excuses du corps académique à l’assistance, il a fait sortir le professeur Tiarina et a pris lui-même la direction des assises. La scène a été filmée par plusieurs assistants. Bien que les services de l’ordre de l’université aient tenté d’arracher les téléphones des étudiants en vue de supprimer les images honteuses, quelques-unes ont pu échapper à la censure. Les images de cette scène ne peuvent être publiées ici pour de raison d’éthique.

La vraie question est celle de savoir si le recteur pourra sanctionner son président du jury vu la gravité des faits. Au regard de leurs affinités, cela semble peu probable. C’est là que la responsabilité du ministre devra être interpellée. Il faut en effet mesurer la surprise et la déception des parents venus assister à la dernière prestation de leurs enfants en tant qu’étudiants, et qui se voient offrir un tel spectacle par ceux qui étaient censés les éduquer. Croyant avoir confié leurs enfants leurs enfants entre les mains d’éducateurs, ils ont eu la désagréable surprise de se rendre compte qu’ils les avaient plutôt confiés à des boxeurs.

Trésor Lulendi, correspondant EADEV à Kikwit, le 31 octobre 2018

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Université de Kikwit –RDC, province du Kwilu : la défense des mémoires s‘est transformée en un champignonnant de boxe

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Irdie
ce sont les mêmes professeurs qui disent les étudiants d'aujourd'hui ne sont pas intelligents et voilà les gens qui transmettent la science se comporte devant tout monde. je vous encourage très chers et éminents profs de continuer à copier les thèses des professeurs blancs en Europe (Belgique) pour vous faire grands ici chez nous en disant profs ordinaires. malheur à vous les deformateurs profs qui envoie ce pays dans le chaos . || 14/11/18 - 09:11:35
Katalay
Lorsque les membres du jury sont nommés sur base d'amitié, la finalité c'est ça. Comment un prof président du jury soit-il peut-il insulté son collègue? il y a un problème d'éducation dans le chef de ce professeur. || 31/10/18 - 03:10:32
Yves Nkangu
Ohh quelle desagréable nouvelle. Je pense que dans cette histoire, il y avait des antécédent entre ces professeurs. le recteur doit bien jouer un rôle dans cette affaire. si non...! Une question mérite d'étre posée: pourquoi le président du jury a été choisi par le recteur? où était-il le doyen de la faculté de sc. agro. de cette université quand le drame s'est produit?. La médiocrité n'a pas sa place dans le milieu univesitaire chers professeurs. soyez conséquent de vos actes vandalismes. N.b: j'ai besoin de réponses à mes questions svp eadev, nkanguyves@gmail.com || 31/10/18 - 03:10:40
CABD