EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

La République Démocratique du Congo : un pays plongé dans le mal-développement

Article

Introduction

Malgré l’importance de ses ressources naturelles et sa position géostratégique propices à l’intégration régionale, la République Démocratique du Congo n’a pas été capable de mettre en œuvre une dynamique de développement lui permettant de transformer en biens et services ses innombrables ressources naturelles en vue d’améliorer son économie et les conditions de vie de sa population.

Les richesses de la RDC contrastent en effet avec l’ampleur de la précarité et le faible niveau de développement humain de sa population. Dans le Rapport mondial de développement humain de 2016, la République Démocratique du Congo est classée à la 176ème place sur 188 pays classés, avec un indice de développement humain de 0,43.

L’incidence de la pauvreté monétaire (63%) se situe aussi à un niveau supérieur à la moyenne sous régionale (44%). Aussi, même si les taux brut et net de scolarisation dans le primaire affichent de bonnes progressions respectivement de 107% et 83,1%, le taux d’achèvement du primaire n’excède pas les 20%.

Sur le terrain, on assiste à une réduction des ressources naturelles sans contrepartie conséquente en rapport avec le développement socio-économique. La pauvreté ronge près de 95% de la population prise en otage par une élite corrompue et n’ayant aucun souci du bien commun.

Il y a lieu de rappeler que la RDC appartient à la Zone de Libre Echange du COMESA, c’est qui implique l’ouverture de son marché aux produits de la sous-région. Ainsi, sans aucune organisation sérieuse de la production locale, la compétitivité des produits congolais reste nulle et la RDC se transforme petit à petit en un immense déversoir des produits régionaux. Il est courant de rencontrer sur les marchés situés dans la partie orientale de la RDC, un nombre impressionnant de produits manufacturés made in Ouganda, in Kenya, qui sont d’ores et déjà consommés dans la quasi-totalité de la partie Nord-Est du Congo-Kinshasa.

A l’Ouest de la RDC, les produits angolais occupent de plus en plus une place importante dans les marchés et la disparition des entreprises en est une belle illustration (Nestlé, etc.). La RDC ne dispose d’aucune banque pour financer le développement agricole et industriel. Le FPI qui devrait participer au financement des investissements à long terme, assurer la prise en charge des infrastructures et la relance industrielle, a été vite assiégé par des politiciens corrompus et des charognards de tout bord.

Les programmes de développement élaborés ne sont que des simples slogans c’est-à-dire sans impact réel sur le terrain. Le programme quinquennal 2012-2016 axé sur le renforcement des capacités institutionnelles et humaines, et la consolidation de la croissance économique créatrice d’emplois a été mis en place. Mais le nombre d’emplois crées à la fin de ce programme reste un mystère. Le parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo et bien d’autres initiatives n’ont servi qu’appauvrir le trésor public au profit des criminels économiques et financiers qui restent impunis et circulent librement à travers le pays.

L’économie de la RDC reste trop dépendante du secteur minier et faiblement diversifiée, et n’a jamais été résiliente pour résister aux chutes brutales et spéculatives des cours mondiaux de ses principaux produits miniers d’exportation et à la volatilité du climat politique.

Défis

Les défis à relever pour le développement socio-économique de la RDC sont entre autres : (i) l’absence des statistiques fiables, (ii) le délabrement des infrastructures, (iii) la mauvaise gouvernance politique et économique, (iv) le mauvais climat des affaires, (v) le chômage des jeunes, (vi) l’absence d’un Plan national de développement à long terme, (vii) le passage toujours différé de l’humanitaire au développement.

Conclusion

La République Démocratique du Congo aurait pu être un paradis au vu de ses multiples ressources naturelles, mais hélas ! Le développement socio-économique de la RDC dépendra à moyen et long terme de trois types éléments importants ci-après :

  • (i) les incertitudes politiques et la construction des institutions républicaines et démocratiques fortes,
  • ((ii) la diversification économique,
  • ((iii) la responsabilité de l’élite dans la construction du bien commun.

Fait à Kinshasa, le 12 décembre 2017

La Rédaction

Vous pouvez télécharger le programme ici :

La République Démocratique du Congo : un pays plongé dans le mal-développement

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

eric
merci pour cette belle réflexion || 14/12/17 - 06:12:12
CABD