EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

RDC : de la conférence nationale souveraine aux retraits et signatures de nouveaux engagements, l’histoire se répète

Article



Beaucoup d’hommes politiques congolais préfèrent de l’opposition que de prendre des responsabilités pour apporter des réponses claires aux problèmes de la société. Ils sont bien payés par le pouvoir en place et mobilisent les militants aveugles pour servir leurs intérêts mesquins.



Il est intellectuellement incompréhensible, de constater que ceux qui crient jour et nuit pour affirmer qu’ils se battent pour le pays, se mettent à torpiller les accords signés pour brouiller l’élection du président de la république.



Il est vrai qu’à Genève, c’est la Fondation Koffi Annan, qui faisait la facilitation entre les acteurs politiques congolais membres de l’opposition. Ils avaient reçu des invitations pour participer à cette rencontre. L’accord de Nairobi reste flou. Qui a facilité la signature de cet Accord ? Pourquoi les signataires ont-ils choisi cette ville ? Les médias sociaux montrent la présence du Conseiller de Kabila lors de la signature de l’accord, qu’est-ce que cela veut dire ? Quel résultat attend Félix TSHISEKEDI et Vital KAMERHE en signant ce nouvel accord ? A quel jeu TSHILOMBO joue-t-il ?



Vital KAMERHE et Félix TSHISEKEDI avaient signé un acte d’engagement à Genève, on ne retire pas sa signature sur TOP CONGO FM, il faut écrire à la Fondation Koffi ANNAN, si cela n’est pas encore fait, leur engagement demeure (il faut un acte de désengagent signé et envoyé à la Fondation Koffi ANNAN).



Depuis la conférence nationale souveraine, le peuple congolais assiste impuissant à la prise en otage de la république par quelques individus.



L’Accord entre Martin FAYULU et Félix TSHISEKEDI est contre-productif et impossible dans les conditions actuelles. Le jeu est déjà joué, entre Genève et Nairobi, le peuple doit choisir. Privilégier les intérêts du pays ou ceux du Parti, il y a un choix à faire.



Le comportement des acteurs politiques congolais est très dégoutant. Les tueries à l’Est, la situation au Kasaï où de nombreux villages sont ruinés (par le phénomène Kamuina Sapu), la misère galopante dans les quatre coins du pays, l’insécurité grandissante, etc., ne constituent nullement leurs préoccupations.



La RDC est prise en otage par quelques individus depuis la CNS et font de l’opposition pour s’enrichir et non pour amener le pays vers le progrès.



Rodrique LUKALA, Boma, le 25 novembre 2018

Vous pouvez télécharger ce document ici :

RDC : de la conférence nationale souveraine aux retraits et signatures de nouveaux engagements, l’histoire se répète

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD