EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Circulation routière : des progrès insuffisants pour réduire le nombre de morts sur les routes

Article

Un nouveau rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que le nombre de morts sur les routes ne cesse d'augmenter, avec 1,35 million de morts par an. Le rapport mondial de l'OMS sur la sécurité routière 2018 souligne que les accidents de la route sont désormais la principale cause de mortalité chez les enfants et les jeunes de 5 à 29 ans.

«Ces décès représentent un prix inacceptable pour la mobilité», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.

«Il n'y a aucune excuse pour l'inaction. C'est un problème de solutions éprouvées. Ce rapport est un appel aux gouvernements et aux partenaires à prendre des mesures beaucoup plus importantes pour mettre en œuvre ces mesures.»

Le rapport mondial de situation de l'OMS sur la sécurité routière 2018 indique que, malgré l'augmentation du nombre total de décès, les taux de mortalité par rapport à la taille de la population mondiale se sont stabilisés ces dernières années. Cela donne à penser que les efforts déployés en matière de sécurité routière dans certains pays à revenu intermédiaire ou élevé ont atténué la situation.

Il n'y a aucune excuse pour l'inaction – Docteur Tedros, Directeur général de l’OMS

«La sécurité routière est une question qui ne reçoit pas l'attention méritée - et c'est vraiment l'une de nos meilleures opportunités pour sauver des vies dans le monde», a déclaré Michael R Bloomberg, fondateur et PDG de Bloomberg Philanthropies et ambassadeur mondial de l'OMS pour Maladies non transmissibles et blessures.

«Nous savons quelles interventions fonctionnent. La mise en oeuvre de politiques strictes, une conception intelligente de routes et de puissantes campagnes de sensibilisation du public peuvent sauver des millions de vies au cours des prochaines décennies». Dans le contexte où des progrès ont été réalisés, ces succès sont largement attribués à une meilleure législation concernant les principaux risques tels que la vitesse, l’alcool au volant et l’absence de port de la ceinture de sécurité, du casque de moto et du dispositif de retenue pour enfants.

Des infrastructures plus sûres comme des trottoirs et des voies réservées aux cyclistes et aux motocyclistes, l'amélioration des normes de véhicules (celles qui imposent un contrôle électronique de la stabilité et un freinage avancé) et des soins améliorés après un accident ont également contribué aux succès.

Pas de progrès dans les pays pauvres

Le rapport indique que ces mesures ont contribué à réduire les décès sur les routes dans 48 pays à revenu intermédiaire ou élevé. Cependant, pas un seul pays à faible revenu n'a enregistré une réduction du nombre total de décès, en grande partie à cause du manque de mesures.

En réalité, le risque de mortalité routière reste trois fois plus élevé dans les pays à faible revenu que dans les pays à revenu élevé, avec les taux les plus élevés en Afrique (26,6 pour 100 000 habitants) et les plus bas en Europe (9,3 pour 100 000 habitants). En revanche, depuis la dernière édition du rapport, trois régions du monde ont enregistré une baisse des taux de mortalité sur les routes: les Amériques, l’Europe et le Pacifique occidental, la plus forte réduction (4,4%) ayant été observée dans le Pacifique occidental.

Les variations des décès sur les routes sont également reflétées par le type d'usager de la route. À l'échelle mondiale, les piétons et les cyclistes représentent 26% de tous les décès sur les routes, ce chiffre atteignant 44% en Afrique et 36% en Méditerranée orientale. Les motocyclistes et les passagers représentent 28% de tous les décès sur les routes, mais cette proportion est plus élevée dans certaines régions, par exemple. 43% en Asie du Sud-Est et 36% dans le Pacifique occidental.

Par rapport au rapport précédent de la série publié en 2015, le rapport de situation mondial sur la sécurité routière 2018 présente d'autres conclusions, notamment le fait que 22 pays supplémentaires ont modifié leurs lois sur un ou plusieurs facteurs de risque afin de les aligner sur les meilleures pratiques et concerner 1 milliard de personnes supplémentaires.

De même, 46 pays représentant 3 milliards d'habitants ont des lois fixant des limites de vitesse conformes aux meilleures pratiques. Enfin, à l'heure actuelle, 45 pays représentant 2,3 milliards de personnes ont des lois sur l'alcool au volant conformes aux meilleures pratiques.

ONU INFO

Vous pouvez télécharger le programme ici :

Circulation routière : des progrès insuffisants pour réduire le nombre de morts sur les routes

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

CABD