EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

La pluie diluvienne du 3 au 4 janvier 2018 à Kinshasa : des dégâts humains et matériels importants

Article

Après la pluie diluvienne du 03 au 04 janvier 2018, l’heure est au bilan humain et matériel de cette catastrophe naturelle. Une quarantaine de morts, des maisons détruites, des routes coupées, des infrastructures d’approvisionnement en eau et électricité endommagées, la liste est longue. Kinshasa ressemble à une ville fantôme, un espace occupé par des immondices et des ravins, mais aussi, administré par des méthodes et stratégies qui remontent à la période antique.

La gestion d’une ville de plus de 10 millions d’habitants n’est pas un slogan politique mais exige une planification et une organisation sérieuses. Le pire est à venir avec les changements climatiques si la gouvernance des villes de la République Démocratique du Congo ne change pas. Il est scientifiquement prouvé que c’est de bonne utilisation et de l’organisation rationnelle de l’espace que dépend le développement d’un pays. Lorsque l’espace est géré avec une légèreté inimaginable comme c’est le cas de la ville de Kinshasa, il faut s’attendre au pire.

Le développement d’une ville ou d’un pays est le résultat de la conjugaison de plusieurs facteurs : planification, aménagement du territoire (AT), etc. L’AT découle de la volonté politique d’organiser la géographie humaine et économique d’un espace donné. Tant que la volonté politique fera toujours défaut, l’espace occupé se transformera lentement et sûrement en un mouroir.

La mission première du pouvoir public est d’organiser la société en y imposant l’ordre public. Les causes principales de cette catastrophe humaine et matérielle sont : l’absence d’un plan d’urbanisme actualisé pour la ville de Kinshasa, l’impunité et le trafic d’influence qui gangrènent la société congolaise, l’incapacité des autorités et leur complicité dans les occupations illégales des sites non appropriés aux bâtis, le disfonctionnement des services de cadastre et d’urbanisme, la non-application des lois relatives à l’urbanisme et à l’habitat, etc. Ainsi, des maisons sont construites à quelques mètres du chemin de fer, sur les caniveaux, sur les sites érodables, etc.

Le gouvernement provincial est invité à prendre des dispositions nécessaires pour que les bidonvilles cessent de pousser comme des champignons dans la ville en créant des nouveaux quartiers urbanisés. Cet appel sera-t-il entendu ? Rien n’est sûr.

La mauvaise répartition des ressources nationales entre une minorité de plus en plus riche (hommes politiques, mandataires de l’état, opérateurs économiques véreux, etc.) et la majorité de la population précarisée par une élite corrompue, serait à la base des lotissements anarchiques par des pauvres citoyens. Où sont passées toutes les promesses sur les logements sociaux en RDC ?

La croissance urbaine rapide et anarchique de la ville de Kinshasa, sur fond de pauvreté et de précarité d'une partie importante de la population en matière de logement, d'éducation et de transports en commun, doivent interpeller les autorités nationales et urbaines. Il faut solutionner le problème avant qu’il ne soit trop tard.

Fait à Kinshasa, le 07 janvier 2018

La Rédaction

Vous pouvez télécharger le programme ici :

La pluie diluvienne du 3 au 4 janvier 2018 à Kinshasa : des dégâts humains et matériels importants

Commenter

Chers lecteurs, les commentaires déposés n'engagent nullement eadev-agro-congo.com. Néanmoins, pour conserver un espace instructif et informatif, eadev-agro-congo.com se réserve le droit de supprimer tout commentaire indésirable ou contraire aux valeurs morales

Commentaires

Kimbeni Marie-Claire
Pitié || 09/01/18 - 09:01:56
L'air est également à une sensibilisation de masse sur la gestion des ordures ménagères qui dans plupart de cas reste la cause d'érosion. || 09/01/18 - 04:01:27
|| 09/01/18 - 04:01:05
YVES NKANGU
C'EST UN PROBLEME DE LA MAUVAISE GOUVERNANCE "SANS VISION " AVEC L'ACTUELLE CLASSE POLITIQUE IMMORALE ON NE PEUT RIEN S'ATTENDRE DE BON. FRANCHEMENT LES "MEDIOCRES" DOIVENT DEGAGES. || 08/01/18 - 07:01:08
Annie MASUKU
Finalement nous sommes dans un pays ou quoi? || 08/01/18 - 01:01:57
Mark MOKULO
c'est pitié pur ce pays. || 07/01/18 - 09:01:03
Henoc Lulelndo
Merci au site eadev pour ces informations qui interpellent cette classe politique corrompue et malhonnête. || 07/01/18 - 06:01:44
CABD