EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Oracles (Itumba) Leele de l’Institut des Musées Nationaux du Congo « une approche muséographique » de 1970 à nos jours (Mémoire)

RESUME

Ce travail sur l’Oracle (Itumba) Léele de l’Institut des Musées Nationaux du Congo, à été consacré à l’approche Muséographique qui s’inscrit dans le cadre de l’histoire de l’art et la Muséologie. Il est une contribution qui met en exergue trois dimensions prépondérantes de la muséographie : « la collection du musée, la conservation et la restauration. Celles-ci sont le socle même de la sauvegarde du patrimoine culturel matériel. Le choix de ce sujet a été également motivé par notre souci de valoriser l’oracle (Itumba) comme un objet d’art qui a joué un rôle important en milieu Léele et dans l’un des phénomène sociaux et culturels qui caractérisent l’histoire des Léele, notamment l’initiation du Bukang. La délimitation de notre travail qui va de 1970 à nos jours, l’année 1970 correspond à la création de l’IMNC par l’ordonnance n°70-089 du 11 mars 1970 et à des missions de récolté sur terrain d’objets qui constituent la collection de l’IMNC. A nos jours coïncide avec la rayonnement actuel de l’IMNC et le souci majeur de l’application des nouvelles techniques de conservation. Ce travail, a compté trois chapitres, hormis l’introduction et la conclusion. Le premier chapitre intitulé : « Présentation de l’IMNC » a parlé de cette institution en mettant un accent particulier sur sa brève présentation. Il nous a renseignés sur son aperçu historique, sur son organisation, et sur sa composition. Le deuxième chapitre intitulé : « Oracle (Itumba) » s’est attelé à l’étude des Itumba de l’IMNC en commençant par les répertorier. Ce qui nous a permis de repérer les 120 oracles, dont 15 d’entre eux ont été soumis a la restauration. Dans l’analyse de ces oracles, notre étude a mis en exergue les figures anthropomorphes, les figures zoomorphes et la forme mixte et à montré comment fonctionnent les Itumba. Le troisième chapitre dénommé : « La conservation des Itumba à l’IMNC » à d’abord décrit l’environnement topographique de l’IMNC et ensuite il a énuméré les agents destructeurs des collections. Ici nous avons épinglé les effets des agents d’altération tels que l’humidité, la température, la lumière, l’eau, le feu, etc. Dans notre travail, nous avons consacré notre temps à parler également de la conservation préventive et curative ainsi que de la restauration qui, en soi, constituent des moyens susceptible d’assurer la survie des collections.

Jack MABWAKA NYANIMA

Vous devez vous connecter pour lire ce document en entier. Si vous n'avez pas encore de compte membre, inscrivez vous. C'est gratuit.

CABD