EADEV : L’environnement, l’agriculture et la politique pour le développement durable

Exploitation artisanale de bois d’œuvre à Bandundu-ville et ses environs (Mémoire)

RESUME

L’enquête menée auprès d’exploitants forestiers artisanaux à Bandundu-Ville et les villages environnants a révélé 36 acteurs ,tous des hommes œuvrant dans l’exploitation artisanale de bois de bois d’œuvre dans ces forêts .ces exploitations ont été interviewés au village et en forêt lors de l’enquête afin de réunir quelques informations en rapport avec le métier dont les préoccupations principales figurent sur la fiche d’enquête .Il ressort de l’enquête que 3 % d’exploitants connaissent ou ont la technique de la protection de la forêt et 97 % les ignorent . 60,6 % des interviewés pensent que les aspects économiques sont les principales causes de l’exploitation contre 19,4 % qui estiment que c’est la construction des infrastructures de la ville de Bandundu puis 11,9 % et 8 % disent que cela est favorisée respectivement par la croissance démographique et des questions d’ordre institutionnel. Il ressort après l’enquête que 8,2 % n’ont aucune idée pour l’estimation des arbres à couper 5,5 % ne s’en rendent pas compte, 14 % disent que c’est le diamètre, 58,3 % disent que c’est par l’observation et 14 % disent c’est difficile à savoir. Par rapport au choix des essences exploitées 19.4 % disent que c’est par observation, 11,1 % par la disponibilité, 33.3 % par la grandeur et 36,2 % reconnaissent que c’est sur la demande sur le marché. Par rapport au niveau d’instruction dont 30,5 % n’ont jamais été sur à l’école (sans niveau), 14 % ont décroché leurs certificats d’étude primaire et 55,5 % diplômés d’état. Pour l’accès aux ressources exploitées dont 75 % des exploitants commencent à faire des longues distances et seulement 25 % reconnaissent d’avoir un accès facile aux ressources exploitées. Par rapport à l’origine géographique après l’enquête sur terrain nous avons remarqué que le 100 % des exploitants sont proviennent de Bandundu-ville. Six (6) essences en pourcentage (%) souvent exploitées dans ces forêts à savoir : Hallea stipulosa 38.8 %, Entandrophragma cylindricum 19,4 %, Prioria balsamifera 13,8 %, Milicia excelsa 11,4 %, Entandrophragma angolense 8.3 %, et Pterocarpus soyauxii 8,3 % ont été révélés. Elles sont la plupart de la famille botanique des Fabaceae /caesalpinioideae. L’analyse des opérations liées à l’exploitation du bois dans les forêts environnantes de Bandundu-ville a ressorti un taux de destruction d’arbres de 64,5 % pour les 36 chantiers d’exploitations. Le calcul des dégâts causés sur les arbres a également montré que 31.14 % d’arbres sont endommagés lors de l’aménagement des sites d’exploitations ; et enfin 12.4 % d’arbres sont détruits lors de l’abattage ou chute d’arbres.

Mots clés : Exploitation artisanale, Biodiversité, Déforestation et Dégradation

TANZO MANGWINI Arnold

Vous devez vous connecter pour lire ce document en entier. Si vous n'avez pas encore de compte membre, inscrivez vous. C'est gratuit.

CABD